L’arme fatale contre les contrefacteurs

09/12/2015
L’arme fatale contre les contrefacteurs

Imposer aux laboratoires l'authentification

Des dizaines de tonnes de médicaments contrefaits sont régulièrement saisies au Togo. Les pays en voie de développement sont de loin les plus touchés par le trafic des médicaments falsifiés. 

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 30% des médicaments circulant dans ces pays seraient des faux. 

L’Ordre national des pharmaciens du Togo évoque même le chiffre de 50 à 60%.

La situation générale et la faiblesse des systèmes de santé offrent les conditions idéales pour la mise en place et le développement de ce trafic révoltant par des criminels guidés par la cupidité et peu sensibles aux dommages qu’ils entraînent.

Au mieux, ces contrefaçons ne servent à rien, au pire elles peuvent entraîner de graves problèmes de santé.

La lutte contre ces trafics n’est pas aisée en raison de l’ingéniosité des trafiquants et de la capacité des contrefacteurs à réaliser des copies quasiment identiques à l’original. Difficulté supplémentaire pour les douaniers peu expérimentés à reconnaître le vrai du faux.

Mais les choses pourraient changer. La société ‘CheckLabel’ vient de mettre au point un système d’authentification et de traçabilité des produits pharmaceutiques.

Un double QR code est apposé sur chaque boîte de médicaments directement en usine ; un autre figure sur les conteneurs. Les services douaniers peuvent ainsi vérifier à l’arrivée l’authenticité des produits. Mieux, une fois distribués en pharmacie, une seconde authentification peut être effectuée par le client lui même et le pharmacien. En téléchargeant une simple application et en scannant le QR code à partir de son smartphone, on obtient la garantie du laboratoire et la date de validité.

Une petite révolution que ‘Checklabel’ entend proposer à l’Office togolais des recettes (OTR) et à l’Ordre des pharmaciens.

‘CheckLabel vise à accroître le capital de confiance des consommateurs en faveur des produits étiquetés. Dès lors que le consommateur porte son choix sur une marque, il acquiert un droit, celui d’obtenir la certitude de son origine, telle qu’elle figure sur son emballage. Notre objectif est d’offrir au grand public et aux fabriquants de médicaments un confort face aux ravages de la contrefaçon grâce à un service fiable de validation d’authentification permettant, en plus, de traquer la localisation des fraudes constatées’, explique Jérôme Masurel, le fondateur de la société.

Pour les pouvoirs publics, aucun coût supplémentaire car le processus de marquage est pris en charge directement par les labos à condition qu’un décret impose aux fabriquant togolais et étrangers de se soumettre au principe de traçabilité.

Accéder au site

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un univers musical sans frontières

Culture

Le franco-togolais Jer Ndoti donnera un concert vendredi à l'Institut Français du Togo. Un voyage dans l'univers du jazz et des musiques afri-cubaines.

Un nouveau monde

Tech & Web

Cina Lawson, la ministre de l’Economie numérique, est l’invitée jeudi des Thursday’s Private Afterwork (TPA), 

Coopération agricole avec Israël

Cédéao

Le ministre de l’Agriculture, Ouro-Koura Agadazi, effectue depuis lundi une visite de travail en Israël.

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.