L’armée bombarde aux biolarvicides

29/05/2014
L’armée bombarde aux biolarvicides

Les armées du Togo et du Ghana unies contre le palu

‘La guerre contre le paludisme, c’est une guerre que nous pouvons gagner, que nous devons gagner’.

C’est le défi lancé par les Forces armées du Togo et du Ghana à l’occasion du lancement mercredi de la campagne de la Cédéao pour l’élimination du paludisme. Une cérémonie s’est déroulée jeudi à la frontière entre les deux pays.

Les armées 15 Etats composant l’organisation régionale, vont s’attaquer au cœur du problème, la présence des moustiques. Ces opérations de pulvérisation sont prévues associées à de la prévention grâce, notamment, aux moustiquaires imprégnées.

‘Notre objectif est d’éradiquer la maladie. Nos armes ne sont pas des M16 ou des chars, mais une arme biologique, les biolarvicides non toxique pour l’homme’, a déclaré le médecin-colonel Sogne Badjona, directeur central du service de santé des armées.

Les biolarvicides sont très efficaces pour éliminer les larves.

Trois usines de fabrication de biolarvicides devraient être construites au Nigeria, au Ghana et en Côte d’Ivoire.

La campagne menée par la Cédéao bénéficie de l’appui financier du Venezuela et de Cuba.

L’élimination du  paludisme  en Afrique de l’Ouest figure, aujourd’hui, parmi les grands chantiers de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.