La bactérie continue sa sale besogne

10/02/2016
La bactérie continue sa sale besogne

Précautions maximum des services de santé

197 cas de méningite ayant provoqué 16 décès ont d’ores et déjà identifiés dans le district de Dankpen (nord du Togo). Des chiffres donnés mercredi lors d’une communication en conseil des ministres.

La méningite cérébrospinale d’origine bactérienne se transmet par contacts interhumains directs et par la projection d’aérosols et de gouttelettes d’origine nasale ou pharyngée par des sujets malades ou porteurs asymptomatiques. L’homme est le seul réservoir.

Des dispositions urgentes ont été prises par le gouvernement, sur instruction du Chef de l’Etat, dès le  déclenchement l’épidémie, indique le communiqué publié à l’issue du conseil.

L’état d’urgence sanitaire a consisté en la surveillance des premiers cas, l’identification du germe de l’épidémie, puis l’information auprès des populations.

Des mesures préventives ont également été prises et ont permis d’isoler les malades, de commander les vaccins par une procédure accélérée et d’installer une cellule de coordination au niveau du ministère de la Santé pour une meilleure coordination des interventions.

Le dispositif vise à circonscrire l’épidémie et à l’endiguer.

La mobilisation bénéficie du soutien de l’OMS ainsi que des autorités religieuses, administratives et traditionnelles.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Grand Prix de la Kozah : victoire de Hamza Assoumanou

Sport

La première édition du tour cycliste  'Grand Prix de la Kozah' a été remportée jeudi par Hamza Assoumanou de l’équipe Bike Aid (Kpalimé).

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.