La cécité des rivières est en net recul

20/04/2016
La cécité des rivières est en net recul

La maladie sévit surtout en Afrique

L'onchocercose, une maladie des yeux et de la peau causée par un vers, est en voie d’éradication au Togo.

Napo-Koura, le secrétaire général du ministère de la Santé, a indiqué mercredi que le taux de prévalence qui était de 80% il y a encore 10 ans était proche de zéro aujourd’hui. Les cas de cécité sont quasiment nuls.

Des tests réalisés dans différentes villes comme Kountouaré sur le bassin de l’OTI Landa-Pozanda (région de Kara) et Adéda-copé (Amou) confirment la tendance.

Mais il existe encore des poches de résistance comme à Wessitè (Kéran) ou à Batto (plaine de Mô) avec une prévalence de 14 à 26,5%.

Des experts sont réunis depuis mercredi à Lomé afin de définir la façon la plus efficace d’éliminer l'onchocercose dont près de 90% des cas surviennent en Afrique. L’objectif est d’y parvenir d’ici 4 ans.

La maladie est transmise aux humains par la piqûre d'une petite mouche noire Ces mouches se reproduisent dans les cours d'eau agités, augmentant le risque de cécité chez les personnes vivant à proximité, d'où le nom usuel de ‘cécité des rivières’. Dans le corps humain le vers femelle adulte produit des milliers de larves (microfilaires) qui migrent dans la peau et les yeux.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.