La fièvre n'a pas baissé chez les personnels de santé

14/02/2008
La fièvre n'a pas baissé chez les personnels de santé

La crise que l'on pensait en phase de règlement entre les personnels hospitaliers et le ministère de la Santé reste toujours vive. C'est du moins ce qu'affirme le Syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo (SYNPHOT). Le désaccord porte sur la question des primes. Les syndicalistes exigent notamment des primes de garde allant de 2.500 à 40.000 FCFA, alors qu'elles sont actuellement fixées à 1.000 FCFA pour l'ensemble des personnels médicaux.

« Il n'y a pas de blocage, nous discutons », assure Charles Kondi Agba, le ministre de la Santé, à republicoftogo.com.Ce dernier a reconnu fin janvier la légitimité des demandes soulignant toutefois que l'argent devait bien être trouvé quelque part. Or les finances publiques sont à la diète depuis plusieurs années.

Les autorités sont cependant résolues à améliorer le secteur de la santé. Qu'il s'agisse des bâtiments, des équipements ou de la motivation des personnels.

Il est vrai que très peu d'investissements ont été faits dans ce domaine par le Togo depuis une quinzaine d'années.

Une solution intermédiaire pourrait être trouvé dans les jours qui viennent en attendant des Etats-généraux de la Santé prévus dans quelques semaines.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Hub scientifique

Coopération

La Société ouest-africaine de chimie tient à partir de mardi à Lomé ses 19e Journées scientifiques. 

Anticiper la réduction de l'APD

Développement

L’aide publique au développement (APD) demeure une source de financement très importante pour le Togo.

'Nous avons veillé à l’ouverture du marché à la concurrence'

Tech & Web

Les deux opérateurs de téléphonie mobile viennent de lancer leurs services 4G. La fibre se déploie. Bref, le Togo est en train de rattraper son retard.

Des lentilles artificielles pour lutter contre la cataracte

Santé

La cataracte apparaît chez les personnes âgées de plus de 50 ans. Elle est très répandue au Togo. Mais elle peut heureusement être traitée.