Le Bénin ferme ses frontières

06/07/2007
Le Bénin ferme ses frontières

Le Bénin a interdit cette semaine toute importation de volaille ou de produits dérivés du Togo où a été détecté un foyer du virus de grippe aviaire de type H5N1 dans un élevage de poulets, a-t-on appris de source officielle. "Nous avons reçu du ministre togolais de l'Agriculture et de la Pêche confirmation de la présence du virus H5N1 après les tests pratiqués sur des volailles mortes dans un village" frontalier du Bénin. Il est donc formellement interdit à compter de ce jour (mardi) et jusqu'à nouvel ordre l'importation de volailles en provenance du Togo et il est interdit de manipuler sans précaution d'usage toutes volailles suspectes ou mortes", indique un communiqué du gouvernement.

Plus de 5.500 volailles sont mortes récemment, dont la moitié en moins d'une semaine, dans une ferme suspectée d'être touchée par la grippe aviaire à Sigbehoue, à 45 km à l'est de Lomé.Les première analyses effectuées dans un laboratoire ghanéen sur les mêmes volailles avaient déjà confirmé vendredi la présence de ce virus.

Le Bénin a mis sur pied en février 2005 un Programme d'intervention d'urgence (PIU) contre la grippe aviaire en prévision de l'arrivée sur son territoire des oiseaux migrateurs éventuellement porteurs du virus H5N1.

Il est également frontalier du Nigeria, pays très touché par la grippe aviaire.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.