Le CHU de Kara entame sa convalescence

13/02/2009
Le CHU de Kara entame sa convalescence

La santé est au cŒur des préoccupations du gouvernement. Un ambitieux programme prévoit la rénovation rapide des CHU et la construction d'hôpitaux et de dispensaires. Le Centre hospitalier universitaire de Kara, dans le nord du Togo, doit bénéficier de ce plan de modernisation. Il y a urgence, affirme le patron de l'hôpital, le Dr. Sébastien Magnissibotom Pepeyi, qui déplore une situation de plus en plus alarmante qui ne permet plus de traiter correctement les malades.

##S_B##Republicoftogo.com : Comment se porte votre CHU ?

Dr. Sébastien Magnissibotom Pepeyi :

Le CHU de Kara est le seul qui couvre une zone allant de Blitta à Sikassé, c'est à dire plus de la moitié du pays.

Nous disposons d'unités de soins, de recherches et de formation avec plusieurs services comme la chirurgie, la médecine générale, la gynécologie, la pédiatrie, la traumatologie, l'ORL, l'ophtalmologie, la kinésithérapie.

345 personnes travaillent au CHU, médecins et personnels soignants. Je dois souligner que 43% des effectifs ne disposent pas d'une formation adéquate. Nous avons un médecin par service.

Republicoftogo.com : Un médecin par service, c'est un peu léger !

Dr Sébastien Magnissibotom Pepeyi :

Absolument ! C'est un hôpital de référence au niveau  septentrional, malheureusement nos ressources humaines sont insuffisantes pour faire face à tous les besoins.

Les CHR envoient en principe chez nous tous les patients qu'ils ne peuvent pas soigner. Et lorsque le médecin qualifié est absent, c'est un assistant médical qui fait la prise en charge. Dans ces conditions, vous comprenez mieux pourquoi que notre CHU est confronté à d'énormes problèmes.

Mais il n'y a pas que ça. Notre plateau technique est vétuste et la plupart des machines tombent régulièrement en panne ; enfin, pour clore le tout, notre circuit de distribution électrique est défectueux.

Je dois noter avec satisfaction que le gouvernement fait des efforts pour soulager nos peines, mais ce n'est pas encore suffisant.

Republicoftogo.com : Le programme d'urgence élaboré par le gouvernement en septembre dernier prévoit le réaménagement des trois CHU que compte le Togo, dont le vôtre.

Dr Sébastien Magnissibotom Pepeyi :

Effectivement et les travaux de rénovation de la façade du CHU ont d'ores et déjà débuté. Il y a également d'autres bâtiments qui sont en train d'être construits pour les services d'ORL et d'ophtalmologie et des bureaux pour les médecins et les kinésithérapeutes.

Par ailleurs, nous avons reçu un don du chef de l'Etat fin 2008 composé de matériel technique et des consommables (seringues, médicaments, etc…) qui nous a aidé à faire face aux urgences quotidiennes.

Republicoftogo.com : Outre l'appui gouvernemental, le recours à des partenaires privés n'est-il pas envisageable ?

Dr Sébastien  Magnissibotom Pepeyi :

Il nous arrive parfois de recevoir des dons de certains bailleurs, ONG ou hôpitaux étrangers. C'est le cas de l'hôpital Cochin à Paris qui nous assiste en matière de formation. Il y a également l'appui de la faculté mixte de médecine et de pharmacie qui est précieuse.

Mais c'est vrai que nous recherchons aujourd'hui des partenaires financiers privés qui pourraient participer à nos projets de développement.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Mobilité et développement

Diaspora

Plus d’un million de Togolais vivent à l’étranger. Leurs compétences et leur appui financier sont autant d'atouts pour contribuer au développement du pays.

Harmoniser le système d'indemnisation

Cédéao

Un automobiliste togolais circulant dans les pays de la Cédéao doit impérativement disposer d’une ‘carte brune’, le certificat international d’assurance.

L’aéroport de Lomé teste une alternative au GPS

Tech & Web

Un nouveau  système de positionnement par satellite baptisé ‘Galileo’ sera déployé d’ici 2020 dans les aéroports africains.