Le Togo prend livraison du nouveau siège du CNTS

18/06/2010
Le Togo prend livraison du nouveau siège du CNTS

Le Premier Ministre, Gilbert Houngbo, et l’Ambassadeur de France au Togo, Dominique Renaux, ont participé vendredi à une cérémonie organisée par le Ministère de la Santé et le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) de Lomé, en présence des ministres de l’économie et des finances, M. Adji Otéth Ayassor, de la santé, Komlan Mally, du Directeur de l’Agence Française de Développement, Yves Picard, et de nombreuses autres personnalités.
Organisée sur le site du Centre National de transfusion Sanguine, cette cérémonie a permis à la fois l’inauguration officielle des nouveaux bâtiments du CNTS construits grâce aux fonds du projet « sécurité transfusionnelle » financé par l’Agence Française de Développement (AFD), et la signature d’une convention de financement pour le développement, à compter du second semestre 2010 et pour une durée de 4 ans, d’un nouveau projet soutenu par l’AFD et consacré à l’amélioration des capacités de gestion des ressources humaines en santé et des médicaments.
Le Directeur du Centre National de Transfusion Sanguine, le Professeur Yvon Segbena, a rappelé dans son allocution de bienvenue toute l’importance de l’appui fourni par la France depuis plusieurs années pour développer le système transfusionnel togolais et améliorer la sécurité des opérations de transfusion sanguine.

L’AFD soutient en effet depuis 2007, grâce à une subvention de 3,85 millions d’euros (soit un peu plus de 2,5 milliards de francs CFA), le projet d’appui à l’amélioration de la sécurité transfusionnelle mis en œuvre par le Centre National de Transfusion Sanguine de Lomé. En cours d’exécution, ce projet poursuit le travail accompli entre 2003 et 2007 par le Ministère de la Santé avec le soutien du Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France. Outre la construction du nouveau CNTS, ce projet a permis la réalisation d’infrastructures du système de transfusion sanguine au CHU Tokoin et à l’intérieur du pays (à Sokodé, Dapaong, Kara, Atapamé, Kpalimé, et Afagnan).

Au total, plus de 500 millions de francs CFA auront été consacrés à la construction ou à la réhabilitation de ces infrastructures, et 750 millions de francs CFA à leur équipement. Ce projet a également comporté un volet d’appui au Programme National contre le Sida et les Maladies Sexuellement Transmissibles- PNLS – au sein duquel une expertise technique fournie sur la période 2007-2009 a contribué à la préparation de la requête présentée avec succès par le Togo au 8ème appel à projets du Fonds Mondial de lutte contre le Sida.
L’Ambassadeur de France au Togo, Dominique Renaux, a rappelé les différents projets soutenus dans le secteur de la santé depuis plusieurs années par l’Agence Française de Développement, et complétés par les aides allouées par le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France.
D’un montant de 8 millions d’euros, soit près de 5,25 milliards de francs CFA, cette nouvelle subvention de l’AFD servira à un projet d’appui à l’amélioration des capacités du système de santé en matière de gestion des ressources humaines et du médicament. Ce projet, qui sera mis en œuvre par le Ministère de la Santé, vise spécifiquement i) l’amélioration de la qualité, de la disponibilité et de la gestion des personnels du système de santé, et ii) le développement des capacités du secteur pharmaceutique, et notamment de la CAMEG, pour garantir un accès plus aisé des populations aux médicaments essentiels.
Les activités de ce projet s’articuleront autour de 3 composantes :
- Une première composante « Ressources Humaines » accompagnera les efforts du Ministère de la Santé pour développer les capacités et les outils de gestion des personnels aux différents niveaux de l’organisation sanitaire nationale. Le projet appuiera notamment les dispositifs de formation initiale et de perfectionnement des personnels, en concertation avec la Faculté Mixte de Médecine et de Pharmacie, les établissements nationaux de formation, le Ministère de la Santé et les autres partenaires.
Cette composante permettra également le financement d’un «paquet » d’incitations (hébergement, moyens de transport et de communication) destinées à certaines catégories de personnels soignants en poste dans des zones reculées, souvent déficitaires en termes de ressources humaines qualifiées.
- La seconde composante du projet, consacrée au développement du secteur pharmaceutique, visera i) l’optimisation des fonctions de régulation du secteur pharmaceutique, notamment par un renforcement, en coordination avec l’OMS, des capacités de l’autorité de réglementation du médicament, et ii) la formation des équipes des structures et commissions mises en place au niveau central. Cette composante visera aussi à améliorer la couverture et la performance du système d’approvisionnement des médicaments essentiels et génériques géré par la Centrale d’Achat des Médicaments Essentiels et Génériques (CAMEG).
- Enfin, une troisième composante « Appui à la réorganisation du Ministère de la Santé » soutiendra les réorganisations envisagées au niveau central et la mise en œuvre effective de nouvelles pratiques dans les services. Une équipe d’experts internationaux effectuera, lors d’un programme de missions de court terme, un accompagnement des services du Ministère de la Santé pendant deux à trois ans.
Ce nouveau projet complètera les interventions, passées ou en cours, réalisées au Togo dans le secteur de la santé grâce au soutien de l’AFD :
- le projet d’appui au développement des districts sanitaires dans la région des Plateaux, financé sur la période 2003-2009 grâce à une subvention de 5,5 millions d’euros (soit 3,6 milliards de francs CFA) de l’AFD a permis l’amélioration de la couverture sanitaire dans la région des Plateaux ; plus d’une dizaine de nouvelles infrastructures de santé ont été construites ou réhabilitées, des centaines de personnels soignants ont été formés ou perfectionnés, et de nouvelles capacités de suivi et de prise en charge des patients, et notamment des femmes enceintes, ont été installées.
- enfin, répondant favorablement à une requête exprimée par le Togo lors d’une table ronde organisée à Lomé fin avril 2008 par les autorités togolaises, la France a, par l’intermédiaire de l’AFD, octroyé au tout début de l’année 2009 un financement de 750 000 euros (soit près de 500 millions de francs CFA) permettant l’acquisition de médicaments antirétroviraux destinés au traitement, pendant près d’une année, de plus de 6300 personnes vivant avec le VIH.
L’Agence Française de Développement n’intervient pas seule : ses interventions complètent le travail effectué par le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France, qui contribue depuis de nombreuses années au renforcement des ressources humaines dans le domaine de la santé grâce à un programme de bourses de formation et d’échange d’expériences. Le SCAC a consacré sur la période 2007- 2009 plus de 150 millions de francs CFA à la formation ou au perfectionnement de plus d’une cinquantaine d’agents de santé. Parmi eux, 24 médecins et 2 pharmaciens ont obtenu une bourse pour une formation diplômante.
Actif au sein du mécanisme de coordination pays – CCM - mis en place dans le cadre de la préparation et du suivi des financements du Fonds Mondial, le SCAC veille aussi à la cohérence et à la coordination des efforts des partenaires français engagés au Togo dans la lutte contre le VIH/SIDA..
Dans son discours, l’Ambassadeur de France a tenu à rappeler que la France reste le premier contributeur à la facilité UNITAID pour l’accès aux médicaments, et le deuxième au Fonds Mondial de Lutte contre le Sida, le Paludisme et la Tuberculose. Depuis la création de ce Fonds en 2001, la France a versé près de 2 milliards d’USD, soit 12% du total des contributions de l’ensemble des pays et des donateurs privés. La part de la France atteint près de 18% du total des contributions des donateurs. Si l’on tient compte de sa contribution via la Commission Européenne. Ainsi au Togo, le financement de la France aux projets approuvés par le Fonds mondial s’élève à près de 15 milliards de FCFA, dont plus de 7 milliards pour la lutte contre le SIDA.
L’Ambassadeur de France a également souligné l’engagement du secteur associatif et du secteur privé français dans la lutte contre le VIH/SIDA au Togo, rappelant les projets soutenus par la fondation d’entreprise GSK France, par les associations OPALS, AIDES, SIDACTION, ALTER SANTE, SOL EN SI, Entraide Santé 92 et de nombreuses autres ONG. Il s’est félicité du soutien apporté au Togo par le groupement d’intérêt public ESTHER qui, créé en 2002 à l’initiative du Ministre Bernard Kouchner par les ministères français chargés de la Santé et de la Coopération, développe depuis 2008 des partenariats entre l’hôpital Cochin de Paris et les CHU de Lomé-Tokoin et de Kara.
Au total, les aides mobilisées par la France en faveur du secteur de la santé au Togo se sont élevées, tous appuis confondus (bi et multilatéraux, associatifs..), à près de 45 millions d’euros sur la période 2003-2009.

Voici le discours de l’ambassadeur de France au Togo, Dominique Renaux

C’est pour moi un double honneur de participer à vos côtés à l’inauguration officielle des nouveaux locaux du Centre National de Transfusion Sanguine de Lomé et à la signature d’une convention de financement du nouveau projet de l’Agence Française de Développement en faveur du secteur de la santé.
Je suis particulièrement touché que Monsieur le premier Ministre ait accepté d’honorer de sa présence cette double cérémonie.
Je souhaite remercier le Centre National de Transfusion Sanguine de Lomé de nous accueillir dans ses nouvelles installations, en cette Journée Mondiale du Don du Sang qui confère à la présente cérémonie un caractère tout particulier.
Le bâtiment moderne et fonctionnel inauguré aujourd’hui, issu du projet d’appui à la sécurité transfusionnelle de l’Agence française de Développement, témoigne de l’ambition que vous-même, Monsieur le Ministre de la Santé et le Professeur Yvon SEGBENA, directeur du centre, ont su donner au développement de la transfusion sanguine au Togo.
Les dispositifs de transfusion sanguine sont un élément essentiel pour la qualité des soins et la santé des populations. C’est pourquoi mon pays a souhaité être présent à vos côtés pour les renforcer.
Bientôt, des équipements plus modernes viendront équiper les nouveaux locaux, comme ils équiperont également les autres structures construites ou réhabilitées avec l’appui de l’AFD au CHU Tokoin et à l’intérieur du pays (à Sokodé, Dapaong, Kara, Atakpamé, Kpalimé, et Afagnan). Au total, 500 millions de francs CFA auront été consacrés à la construction ou à la réhabilitation des différents bâtiments, et près de 750 millions à leur équipement.
Ces actions s’inscrivent dans le projet général d’appui de l’AFD à la sécurité transfusionnelle, mis en œuvre par le CNTS, pour un montant de 3,850 Millions Euros en subvention (soit de l’ordre de 2,5 Milliards de FCFA). Ce projet, en cours d’exécution, vient aussi en appui au Programme national de lutte contre le sida (PNLS). A ce titre, une expertise technique en 2007-2009 a aidé à la préparation de la requête togolaise au 8ème Fonds Mondial Sida.
La pérennité de ces équipements implique à l’évidence que des ressources budgétaires suffisantes soient programmées et allouées. Je suis confiant que l’Etat togolais sera sensible aux efforts du Ministère de la Santé et aux attentes du CNTS et des autres structures.
La cérémonie qui nous réunit ce jour m’offre également l’occasion de réaffirmer l’engagement de la France à soutenir les efforts entrepris par le Gouvernement togolais dans les secteurs prioritaires de coopération, tels que définis par nos deux pays dans le Document Cadre de partenariat de septembre 2008. La santé fait partie de ces priorités, avec l’éduction et les infrastructures urbaines.
Monsieur le premier Ministre, permettez-moi de rappeler brièvement les engagements de la France dans le domaine de la santé.
Opérateur pivot de l’aide française au développement, l’AFD s’y est engagée depuis de nombreuses années.
- De 2003 à 2009, l’AFD a mené un premier projet d’appui aux districts sanitaires dans la région des Plateaux, grâce à une subvention de 3,6 milliards de francs CFA; plus d’une dizaine de nouvelles infrastructures de santé y ont été construites ou réhabilitées, des centaines de personnels soignants ont été formés ou perfectionnés, et de nouvelles capacités de prise en charge des patients, et notamment des femmes enceintes, ont été installées.
- L’AFD a débloqué en 2009 près de 500 millions de francs CFA pour l’acquisition de médicaments antirétroviraux et de réactifs destinés au traitement, pendant près d’une année, de 6300 personnes vivant avec le VIH.
- De son côté, le Service de Coopération et d’Action Culturelle - SCAC - de l’Ambassade de France a consacré sur la récente période 2007- 2009 plus de 150 millions de francs CFA à la formation ou au perfectionnement d’une cinquantaine d’agents de santé. Parmi eux, 24 médecins et 2 pharmaciens ont obtenu une bourse pour une formation diplômante.
- Le SCAC fournit également une expertise en appui-conseil auprès du ministre de la santé, poste actuellement tenu par le Docteur Dubourg.
Actif au sein du mécanisme de coordination pays – CCM - du Fonds Mondial, le SCAC veille aussi à la coordination des efforts des partenaires français engagés au Togo dans la lutte contre le VIH/SIDA. Ceux-ci, du secteur associatif ou du secteur privé, sont nombreux. Je citerai à titre d’exemple la fondation d’entreprise GSK France, les associations OPALS, AIDES, SIDACTION, ALTER SANTE, SOL EN SI, Entraide Santé 92 et de nombreuses autres ONG. Plusieurs entreprises françaises installées au Togo participent activement à la lutte contre le VIH/SIDA dans le milieu du travail.
La lutte contre le VIH est une priorité nationale de la France, premier contributeur à la facilité UNITAID pour l’accès aux médicaments, et deuxième contributeur au Fonds Mondial. A titre d’exemple, le financement indirect de la France aux projets approuvés par le Fonds Mondial au Togo s’élève à près de 15 milliards de FCFA.
Je pourrais aussi citer le groupement d’intérêt public ESTHER qui, créé en 2002 à l’initiative du Ministre Bernard Kouchner, soutient depuis 2008 les partenariats entre l’hôpital Cochin de Paris et les CHU de Lomé-Tokoin et de Kara, partenariats très fructueux.
Excellence Monsieur le Premier Ministre, Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs,
Dans quelques instants nous procèderons à la signature d’une nouvelle convention de financement. Ce nouvel instrument prend la forme d’un don de l’AFD de 8 millions d’euros, soit près de 5,250 milliards de francs CFA. Le projet, que l’on peut qualifier de structurant, sera mis en œuvre par le Ministère de la Santé. Il vise d’une part à améliorer les capacités, la disponibilité et la gestion des personnels du système de santé, et d’autre part à développer les capacités du secteur pharmaceutique, et notamment de la CAMEG, pour garantir l’accès des populations aux médicaments essentiels.
Ce projet comportera trois grandes composantes :
- Une première composante « Ressources Humaines » bénéficiera à plus de 1500 personnels de santé de différents niveaux. En matière de gestion du personnel, des mesures spécifiques sont prévues : inventaire des ressources humaines, systématisation des profils de poste, planification prospective des effectifs, développement d’un système informatisé de gestion des ressources humaines. En matière de formation, le projet appuiera les dispositifs de formation initiale et de perfectionnement des personnels, en étroite concertation avec la Faculté Mixte de Médecine et de Pharmacie de l’Université du Togo, les établissements nationaux de formation, le Ministère de la Santé et les autres partenaires.
Cette composante incluera également, et ce sera, je crois, une première au Togo, le financement d’un «paquet » d’incitations (hébergement, moyens de transport et de communication) destinées à certaines catégories de personnel soignant en poste dans des zones éloignées.
- La seconde composante du projet viendra en appui au secteur pharmaceutique :
- d’une part, pour améliorer la régulation du secteur par un renforcement, en coordination avec l’OMS, des capacités de l’autorité de réglementation du médicament. Des formations locales seront complétées par des stages courts dans les instituts et centres de la sous-région et du continent.
- D’autre part, pour améliorer le système d’approvisionnement des médicaments essentiels et génériques géré par la CAMEG, en procédant à la révision de l’organigramme de cette structure, à l’intégration des dépôts régionaux de Tsévié, Sokodé et Dapaong, et à la formation de personnels auxiliaires de pharmacie.
- La troisième composante « Appui à la réorganisation du Ministère de la Santé » viendra appuyer, sur la base des conclusions du récent audit du ministère et dans l’esprit de la réforme en cours, les réorganisations prévues au niveau central. Pour favoriser de nouvelles pratiques dans les différents services, une équipe d’experts internationaux accompagnera, par un programme de missions de court terme sur deux ou trois ans, les services du Ministère de la Santé, et aidera ses cadres à définir et réaliser un « projet » de développement de leur direction ou service. Ces différentes actions mettront, à n’en point douter, le Ministère de la Santé en mesure de bénéficier pleinement des opportunités d’aide des différents bailleurs, dans l’esprit du Partenariat International pour la Santé (IHP +) auquel le Togo a très récemment adhéré.
Monsieur le Premier Ministre, Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs,
L’élaboration et la réalisation de ces nombreux projets n’auraient pas été possible sans les relations confiantes et fructueuses établies par l’AFD et par l’équipe que dirige Yves PICARD avec ses différents interlocuteurs : vous-même, Monsieur le Ministre, le Dr SEGBENA directeur du CNTS, le Dr DOGBE, directeur général de la Santé, le Dr PITCHE, directeur du PNLS.
Je ne saurais conclure sans vous remercier pour l’organisation de cette cérémonie, en formant mes vœux les plus sincères de réussite pour ce nouveau projet, et en réitérant l’engagement de la France à soutenir les réformes entreprises dans le secteur de la santé, si nécessaires au bien-être de la population.
Vive la coopération entre le Togo et la France ! Vive le Togo !

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Infrastructures de base : nouvel engagement de l’UE

Coopération

Améliorer l’accès à l’eau potable et proposer de meilleures conditions sanitaires aux habitants de Notsé. C'est l'objectif d'un programme financé par l'UE.

Mobilité et développement

Diaspora

Plus d’un million de Togolais vivent à l’étranger. Leurs compétences et leur appui financier sont autant d'atouts pour contribuer au développement du pays.

Harmoniser le système d'indemnisation

Cédéao

Un automobiliste togolais circulant dans les pays de la Cédéao doit impérativement disposer d’une ‘carte brune’, le certificat international d’assurance.