Nouveaux cas détectés

12/08/2007
Nouveaux cas détectés

Trois nouveaux cas de grippe aviaire ont été détectés ces derniers à jours dans des villages situés à environ 45 km à l'est de Lomé, a-t-on appris samedi de source officielle. Ces nouveaux cas du virus H5N1 ont été découverts sur des volailles mortes dans des fermes des préfectures des Lacs, du Golfe et du Zio, a rapporté la télévision nationale.

Le premier cas du virus hautement pathogène au Togo avait été signalé fin juin à Sigbehoue chez des volailles mortes dans une ferme semi-industrielle.Environ 8.000 volailles ont été abattues dans la zone et les marchés de volailles de cette localité ont été fermés.

Par ailleurs, les autorités togolaises ont renforcé le contrôle des importations de volailles et de leurs dérivés au niveau des frontières et procédé à l'identification et au suivi de l'itinéraire des oiseaux migrateurs venant au Togo.

En février 2006, le gouvernement avait déjà mis en place un plan de prévention comportant notamment un système d'alerte nationale, la formation des personnels médicaux et le renforcement de la surveillance.

Des "comités locaux de vigilance" ont été créés dans tout le pays, notamment aux différentes frontières.

Les autorités ont également interdit depuis octobre 2006 l'importation de volailles vivantes et leurs dérivés en provenance des pays touchés par la grippe aviaire.

Les contrôles ont été renforcés sur les volailles en provenance de pays non touchés.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.