Nouvel espoir avec l'ASAQ

01/03/2007
Nouvel espoir avec l'ASAQ

Un nouveau traitement simplifié contre le paludisme, qui tue chaque année plus d'un million de personnes dans le monde, va être mis à la disposition des populations défavorisées, fruit d'un partenariat entre le groupe pharmaceutique Sanofi-Aventis et la fondation DNDi. Non breveté, ce traitement sera proposé à un prix "permettant de le rendre accessible à tous les patients", ont indiqué jeudi le laboratoire et la fondation dans un communiqué. Il coûtera moins de 1 dollar pour l'adulte et 0,50 dollar pour l'enfant (marché public), pour un traitement complet sur trois jours.

Il s'agit d'une association à doses fixes d'artésunate (AS) et d'amodiaquine (AQ), deux médicaments connus, présentée sous le nom Artésunate-Amodiaquine Winthrop (ASAQ) pour les marchés publics et Coarsucam pour les marchés privés. ASAQ est aussi l'acronyme de "Adaptée, Simple, Accessible et de Qualité".

L'association AS et AQ est l'une des combinaisons recommandées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) contre le paludisme en Afrique, face à la résistance constatée des parasites aux médicaments antipaludiques actuellement sur le marché.

Les associations à doses fixes associent deux médicaments dans un seul comprimé, au lieu de deux comprimés séparés, garantissant la prise des deux médicaments ensemble aux doses recommandées.

La nouvelle formulation permettra de limiter le traitement pour un adulte à 2 comprimés par jour en une prise pendant trois jours. Trois dosages différents ont été développés spécifiquement pour les enfants de 2 mois à 13 ans, pour qui un seul comprimé par jour sera nécessaire. Pour les nourrissons et les petits enfants, les comprimés seront plus petits et pourront être écrasés et mélangés à des aliments liquides ou semi-liquides.

ASAQ sera proposé à prix coûtant aux structures publiques dans les pays endémiques, aux institutions internationales, aux ONG et aux pharmacies adhérant aux Programmes d'accès aux antipaludiques de Sanofi-Aventis. Il sera disponible dès cette année au fur et à mesure de l'obtention des autorisations de mise sur le marché (AMM) locales. Plus de 25 demandes ont été déposées.

ASAQ sera fabriqué au Maroc, pour une utilisation prioritaire en Afrique sub-saharienne.

Le paludisme tue chaque année plus d'un million de personnes dans le monde, selon l'OMS, dont 90% en Afrique sub-saharienne. Le Togo n'est évidemment pas épargné par le fléau malgré les opérations de prévention menées par les autorités en coopération avec l'OMS et la Croix Rouge.

La malaria reste la cause la plus importante de décès des enfants de moins de 5 ans en Afrique, tuant un enfant toutes les 30 secondes. La maladie est présente dans plus de 100 pays et chaque année 350 à 500 millions de cas apparaissent dans le monde.

Encore appelé malaria, le paludisme est dû à un parasite qui infecte l'homme par la piqûre du moustique anophèle femelle. Les médicaments classiques tels que la chloroquine ou la sulphadoxine-pyriméthamine sont de moins en moins efficaces. La résistance à la chloroquine atteindrait désormais 90% dans de nombreuses régions d'Afrique.

La fondation DNDi (Initiative pour des médicaments en faveur des maladies négligées) est une organisation à but non-lucratif fondée en 2003 à l'initiative de Médecins sans frontières (MSF) pour répondre aux besoins des populations victimes des maladies les plus négligées du fait de l'absence de traitements efficaces, adaptés et abordables.

Sanofi-Aventis, numéro quatre mondial de la pharmacie, a réalisé en 2006 un chiffre d'affaires consolidé de 28,4 milliards d'euros.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Système électronique de suivi du courrier

Tech & Web

La société des postes du Togo a lancé son service ‘Post Tracker’. Pour les clients, c'est l'assurance de la traçabilité. 

CAN 2017 : tirage au sort le 19 octobre

Sport

Les têtes de série pour la Coupe d'Afrique des nations 2017 ont été désignées mardi. Le Togo se trouve dans le Pot 4 avec l'Ouganda et le Zimbabwe, notamment.

Le Togo modernise ses prisons

Justice

Surpopulation, promiscuité, manque d’hygiène, violences. L'état des prisons n'est pas reluisante, mais c'est en cours d'amélioration.

Les conditions de la relance

Tourisme

Le gouvernement s’est résolument engagé dans le développement et la promotion du secteur touristique.