Pour dire non à l'excision

15/10/2008
Pour dire non à l'excision

Sept pays ouest-africains se sont engagés mercredi à Ouagadougou à harmoniser leurs législations pour éradiquer l'excision, pratiquée dans l'ensemble des seize pays d'Afrique de l'Ouest. "L'engagement politique que nous avons pris doit se traduire par des actes concrets qui sont l'harmonisation des lois contre les mutilations génitales féminines", a déclaré la ministre de l'Action sociale du Burkina Faso, Pascaline Tamini, au nom de ses collègues réunis à Ouagadougou lors d'une conférence sur la pratique transfrontalière de l'excision.

Les ministres chargés des questions sociales du Bénin, du Burkina Faso, de Côte d'Ivoire, du Ghana, du Mali, du Niger et du Togo se sont aussi engagés à harmoniser les mécanismes d'application des lois contre ce phénomène qui touche notamment la moitié des femmes au Burkina Faso, 45% en Côte d'Ivoire, 17% au Bénin et 5% au Niger, selon le Fonds des nations unies pour les femmes (UNIFEM).

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Trouver tout de suite !

Santé

Comment trouver l’hôpital le plus proche, une pharmacie, un médecin, un spécialiste ou un laboratoire d’analyses médicales ?

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

En pointe dans l'urgence

Santé

Le Togo dispose depuis quelques semaines à l'hôpital d'Atakpamé d'une unité de traumatologie de pointe. Un film vient d'être réalisé sur ce projet mené avec Israël.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).