Un défi sanitaire et de gouvernance

03/03/2015
Un défi sanitaire et de gouvernance

Les participants à la conférence dont le PM togolais (2e à partir de la gauche)

La conférence internationale de haut niveau sur Ebola s’est ouverte mardi à Bruxelles. Cette réunion est co-présidée par le Togo en tant que pays coordinateur de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao). Le chef de l’Etat est représenté par son Premier ministre, Arthème Ahoomey-Zunu.

Lors du discours lu au nom du président Faure Gnassingbé, M. Ahoomey-Zunu a déclaré que la lutte engagée depuis plusieurs mois contre l’épidémie entrait  désormais dans une phase cruciale. ‘Nous voyons depuis peu le bout du tunnel. Mais nous ne sommes pas encore au bout de nos efforts.’ 

Le Togo se félicite de la riposte nationale et internationale qui a permis d’améliorer la situation épidémiologique sur le terrain. Mais que faire maintenant pour aller de l’avant ? Comment éradiquer totalement le virus ? Comment aider les pays les plus touchés à se reconstruire ?

‘Si nous parvenons au terme de cette conférence à coordonner nos réponses à ces questions fondamentales, alors nous aurons fait la moitié du chemin qu’il nous reste à parcourir’, a déclaré le Premier ministre saluant l’élan de solidarité internationale qui a prévalu depuis l’apparition de la maladie, notamment au sein de la Cédéao.

Pour le président togolais, l’épidémie d’Ebola a prospéré sur le terreau de la pauvreté. Elle s’est immiscée dans les foyers en exploitant les failles des systèmes de santé. Ebola n’est pas seulement un défi sanitaire. C’est un défi de la gouvernance. 

Comme il l’avait souligné lors de sa récente tournée au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, le chef de l’Etat a rappelé dans son discours que la priorité était désormais l’élaboration de stratégies de reconstruction post-Ebola appropriées. 

De l'urgence à la renconstruction

Il est indispensable d’aider les pays touchés à relancer leurs économiques, notamment l’agriculture et les mines.

Faure Gnassingbé recommande de concilier la prise en charge des urgences immédiates avec une grande capacité d’anticipation face aux risques de délitements sociaux qui peuvent à leur tour constituer des sources potentielles de conflits futurs. 

Mais le président du Togo se veut résolument optimisme et son discours s’est achevé sur une note d’espoir.

‘La crise sanitaire que traverse aujourd’hui l’Afrique de l’ouest ne doit pas l’empêcher de garder le cap et de tenir ses promesses de croissance et de stabilité économique et sociale’, a-t-il conclut.

Informations complémentaires

Conférence de Bruxelles Discours.pdf 71,28 kB

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Une affaire qui ne tient pas la route

Finances

Après deux journées en garde à vue, Vincent Bolloré est ressorti mercredi soir du bureau des juges financiers parisiens avec une mise en examen pour ‘corruption’.

Exploiter la puissance du commerce pour lutter contre la pauvreté

Développement

Le Togo a bénéficié pendant 3 ans du Cadre intégré renforcé (CIR), une initiative de l'organisation mondiale du commerce. 

La qualité des soins est l'objectif central

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu mardi au CHU Sylvanus Olympio de Lomé, le plus grand hôpital du pays.

Mutualiser le renseignement

Coopération

Les ministres de la Sécurité du Conseil de l’Entente ont validé ce weekend à Lomé le mécanisme ‘Entente Renseignements’.