Une grève qui ne sert à rien

31/05/2011
Une grève qui ne sert à rien

Les personnels de santé ont mis leur mot d’ordre à exécution en se mettant en grève lundi pour demander une amélioration de leurs conditions de travail. De fait, les services sont très perturbés dans les hôpitaux et dispensaires. Les syndicats réclament, notamment, des dotations supplémentaires pour les centres hospitaliers de Lomé, l’adoption d’un statut particulier des agents de la santé, le versement de l'appoint annuel de 180.000 Fcfa et l'audit de toutes unités sanitaires du Togo pour évaluer leur capacité à payer les primes d'astreintes.
Contacté par republicoftogo.com, un responsable du ministère de la Santé a affirmé que l'appoint annuel était en train d'être payé à tous les agents depuis vendredi par le Trésor public. En ce qui concerne le statut particulier, le projet a déjà été adopté et se trouve sur le bureau du Premier ministre.
S’agissant des primes, le principe de leur versement a déjà été accepté en bonne partie par le gouvernement.
Enfin, pour ce qui est des audits, les autorités ont demandé aux syndicats de sélectionner deux de leurs membres pour y participer.
"Le gouvernement a marqué toute sa volonté de résoudre les problèmes évoqués par le syndicat des agents de la santé du Togo; c’est pourquoi nous avons du mal à comprendre pourquoi la grève a été maintenue", explique-t-on  au ministère de la santé.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.