La STT veut remettre ça

13/03/2013
La STT veut remettre ça

L’un des syndicats de fonctionnaires, la Synergie des travailleurs du Togo (STT) a menacé d’appeler à la grève si les discussions ne s’ouvraient pas dans un délai de 10 jours avec le gouvernement. Les revendications portent, notamment, sur une hausse des salaires. Après l’adoption du nouveau statut de la fonction publique en début d’année, il reste à finaliser les décrets d’application qui contiendront les volets rémunération et départs à la retraite. Ce que réclame ce syndicat.

La STT avait invité ses adhérents à observer une grève de trois jours la semaine dernière. La mobilisation avait été significative dans les secteurs de la santé et de l’éducation, mais insignifiante dans l’administration.

Les syndicalistes estiment avoir été « floués » par le gouvernement car « la trêve n’a pas été mise à profit pour démarrer  les discussions qui restent le seul moyen de ramener l’apaisement social dans notre pays ».

Gouvernement comme syndicats sont d’accord sur la nécessité d’améliorer les conditions de vie et de travail des fonctionnaires ; c’est bien l’objectif poursuivi en faisant adopter le statut de la fonction publique.

Mais ces questions essentielles ne peuvent être réglées sous la contrainte et avec des exigences qui dépassent les ressources du Togo.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les touristes en quête d'authenticité

Tourisme

L’Agence égyptienne de partenariat pour le développement organise depuis le début de la semaine au Caire un atelier de formation sur l’écotourisme.

Le PNUD offre de la mobilité au HCRRUN

Coopération

Des véhicules 4X4 viennent d'être offerts au Haut Commissariat pour faciliter le processus d'indemnisation. 

Semences israéliennes pour tomates togolaises

Coopération

Le Togo et Israël renforcement leur coopération dans la recherche agricole. Les tests sur la tomate s'annonce très encourageants.

Guinée Bissau : la Cédéao brandit la menace de sanctions

Cédéao

Faute d'avoir respecté ses engagements vis à vis de la Cédéao, la Guinée Bissau pourrait être sanctionnée par l'organisation régionale.