La STT veut remettre ça

13/03/2013
La STT veut remettre ça

L’un des syndicats de fonctionnaires, la Synergie des travailleurs du Togo (STT) a menacé d’appeler à la grève si les discussions ne s’ouvraient pas dans un délai de 10 jours avec le gouvernement. Les revendications portent, notamment, sur une hausse des salaires. Après l’adoption du nouveau statut de la fonction publique en début d’année, il reste à finaliser les décrets d’application qui contiendront les volets rémunération et départs à la retraite. Ce que réclame ce syndicat.

La STT avait invité ses adhérents à observer une grève de trois jours la semaine dernière. La mobilisation avait été significative dans les secteurs de la santé et de l’éducation, mais insignifiante dans l’administration.

Les syndicalistes estiment avoir été « floués » par le gouvernement car « la trêve n’a pas été mise à profit pour démarrer  les discussions qui restent le seul moyen de ramener l’apaisement social dans notre pays ».

Gouvernement comme syndicats sont d’accord sur la nécessité d’améliorer les conditions de vie et de travail des fonctionnaires ; c’est bien l’objectif poursuivi en faisant adopter le statut de la fonction publique.

Mais ces questions essentielles ne peuvent être réglées sous la contrainte et avec des exigences qui dépassent les ressources du Togo.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Au Ghana, Fan Milk va gérer ses propres déchets

Environnement

Au Togo, tout le monde connaît Fan Milk, le spécialiste ouest-africain des glaces et des jus distribués en pousse-pousse.

Les Eperviers ne bougent pas

Sport

La FIFA a publié jeudi son classement mensuel. Les Eperviers se maintiennent à la 33e place africaine et au 123e rang mondial.

Liberia : optimisme des présidents du Togo et du Nigeria

Cédéao

Le processus électoral ira bien à son terme ont indiqué mardi les présidents du Nigeria et de la Cédéao.

Les ravages de la cybercriminalité

Coopération

Le Conseil de l’Entente a décidé de s’attaquer au fléau de la cybercriminalité. Les arnaques sont de plus en plus sophistiquées en Afrique de l'Ouest.