La réalité des chiffres

06/03/2015
La réalité des chiffres

Les salaires ont bondi de 70% dans l'enseignement public

Tout et n’importe quoi a été dit ou écrit sur le conflit qui oppose le gouvernement à la centrale syndicale STT. Les pouvoirs publics sont accusés, de refuser toute augmentation aux fonctionnaires. 

Le ministre des Enseignements primaire et secondaire, Florent Maganawé, a tenu à rappeler, chiffres à l’appui, la réalité de la situation.

Il a tout d’abord indiqué qu’il n’était pas question d’accorder les 30.000 Fcfa exigés par la Synergie des travailleurs du Togo. La réalité de l’écart noté ne porte que sur 15.000 f (140 points défendus par le gouvernement).

Le gouvernement a ajouté plus de 3.000 F sur les salaires (30 points d’avancement) qui permettra de résoudre les problèmes. 

Cette augmentation avantage ceux qui ont de l’ancienneté. Un fonctionnaire qui travaille depuis 10 ans dans l’administration bénéficiera d’une augmentation de 15.000 ; 30.000 pour celui qui a 20 ans de service.

Le ministre a donné un autre exemple des efforts faits par le gouvernement pour améliorer les conditions de vie et de travail des fonctionnaires.

En 2005, un enseignant de catégorie A1 gagnait 113. 000 F, il en gagne 194.000 aujourd’hui 

‘Les salaires ont augmenté de près de 70%. Accuser le gouvernement de ne rien faire est tout simplement un mensonge’, a déclaré M. Maganawé.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.