Monde syndical : la déchirure

09/04/2013
Monde syndical : la déchirure

L’une des centrales syndicales, la Synergie des travailleurs du Togo (STT) a lancé un nouveau mot d’ordre de grève dans la fonction publique pour les 10, 11 et 12 avril prochains. Mais la coordinatrice de la STT, Nadouvi Lawson-Olokounlé, s’est dite prête mardi à y renoncer à condition que le gouvernement accepte d’ouvrir des discussions. Ce dernier n’y voit pas d’inconvénients. Le problème repose sur le fait que la Synergie exige des pourparlers en tête à tête sur ses propres revendications alors que les autorités souhaitent associer l’ensemble du monde syndical.

Dans l’entretien qui suit, la responsable de la STT a du mal à convaincre quand elle déclare qu’aucun conflit n’existe avec les autres centrales syndicales. La course au leadership est bien lancée.

La tension sociale est née de l’adoption, en début d’année, du nouveau statut de la fonction publique. Tout ce qui concerne l’augmentation des salaires, les conditions du départ à la retraite ou les primes doit être contenu dans des décrets d’application, objet des discussions entre le gouvernement et les syndicats.

Mais le plus important est que tout le monde est d’accord pour dire qu’il faut améliorer les conditions de vie et de travail des fonctionnaires.

Republicoftogo.com : Pourquoi cette nouvelle grève ?

Nadouvi Lawson-Olokounlé : Nous avons manifesté notre bonne volonté. Nous voulons discuter. Nous voulons simplement être écouté, obtenir ce que nous réclamons et retourner au travail. 

Le gouvernement ne veut pas discuter avec nous parce qu'il prétend que la Synergie n’est pas une centrale. Or, elle est légalement constituée.

Republicoftogo.com : Pourtant, le gouvernement vous a déjà reçu

Nadouvi Lawson-Olokounlé : Oui, par l’entremise de la Confédération syndicale des travailleurs du Togo (CSTT). A cette réunion, on nous a dit que les discussions étaient ouvertes et nous avons fait parvenir une proposition de chronogramme. A ce jour, on n’a pas eu de feed-back. Si le gouvernement nous appelle, nous irons discuter de notre plateforme, pas d’autre chose. 

Republicoftogo.com : Il semble y avoir un conflit entre la STT et les autres centrales syndicales ?

Nadouvi Lawson-Olokounlé : Sincèrement nous n’avons pas de problème avec les centrales. Nous leur avons dit ce sur quoi nous étions d’accord. Nous leur avons demandé de nous rejoindre afin qu’ensemble nous puissions repartir du bon pied ; ce qu’elles ont refusé. 

Seule la CSTT a eu le courage de se mettre à nos côtés. Si les autres centrales viennent, nous les accueillerons, si elles ne viennent pas, nous continuons notre combat.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Fonctionnement de la justice perturbé

Justice

Le fonctionnement de la justice est perturbé depuis le début de la semaine par une grève des greffiers qui réclament une amélioration de leur condition de vie et de travail.

Pays d'accueil et d'intégration

Diaspora

La Semaine de l’intégration africaine s’est ouverte lundi à Lomé. Cinq jours de débats et séminaires sur le thème de la jeunesse et de l’intégration.

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.