Ne nous énervons pas

11/04/2013
Ne nous énervons pas

«La Synergie est dans une logique de discussion. Mais, le gouvernement soutient qu’il ne veut plus négocier avec nous, ce qui est dommage. Nous estimons que pour diriger un pays, on n’a pas besoin de s’énerver, on n’a pas besoin d’épouser une ligne dure, mais négocier ». C’est ce qu’à déclaré jeudi Gilbert Tsolenyanu (photo) le porte-parole de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) qui a lancé une grève de 72h dans le secteur public ; mouvement qui n’est pas cautionné par 6 grandes centrales syndicales.

On doit se féliciter des paroles d’apaisement de ce responsable. Il est cependant utile de préciser que le gouvernement n’a jamais été opposé à des discussions avec la STT. Ce qu’il souhaite, c’est une table ronde avec l’ensemble des centrales syndicales.

Or, la Synergie exige un tête à tête avec les autorités sur sa propre plateforme revendicative et sans les autres syndicats. 

Une exigence inacceptable aux yeux du gouvernement qui veut associer tous les syndicats de fonctionnaires pour parvenir à un accord sur le contenu des décrets d’application du nouveau statut de la fonction publique. Ce qui semble légitime d’autant que les questions de salaires, de primes ou de modalités de départ à la retraite concernent tous les agents de l’Etat.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.