Ne nous énervons pas

11/04/2013
Ne nous énervons pas

«La Synergie est dans une logique de discussion. Mais, le gouvernement soutient qu’il ne veut plus négocier avec nous, ce qui est dommage. Nous estimons que pour diriger un pays, on n’a pas besoin de s’énerver, on n’a pas besoin d’épouser une ligne dure, mais négocier ». C’est ce qu’à déclaré jeudi Gilbert Tsolenyanu (photo) le porte-parole de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) qui a lancé une grève de 72h dans le secteur public ; mouvement qui n’est pas cautionné par 6 grandes centrales syndicales.

On doit se féliciter des paroles d’apaisement de ce responsable. Il est cependant utile de préciser que le gouvernement n’a jamais été opposé à des discussions avec la STT. Ce qu’il souhaite, c’est une table ronde avec l’ensemble des centrales syndicales.

Or, la Synergie exige un tête à tête avec les autorités sur sa propre plateforme revendicative et sans les autres syndicats. 

Une exigence inacceptable aux yeux du gouvernement qui veut associer tous les syndicats de fonctionnaires pour parvenir à un accord sur le contenu des décrets d’application du nouveau statut de la fonction publique. Ce qui semble légitime d’autant que les questions de salaires, de primes ou de modalités de départ à la retraite concernent tous les agents de l’Etat.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

PUDC : les clés du succès

Développement

Le rôle des leaders communautaires et de quartiers est primordial pour un succès du Programme d’urgence de développement communautaire.

L’Etat n’a pas les moyens de répondre à toutes les doléances

Social

Le malaise au sein du ministère de la Fonction publique est réel et des problèmes se posent concernant les conditions de travail.

Forêts : le Togo opte pour la convergence

Environnement

Le Togo adhère pleinement au plan de convergence pour la gestion et l’utilisation durables des écosystèmes forestières dans l'espace Cédéao.

Accompagner la décentralisation

Coopération

L’Union européenne et l’Allemagne vont financer pour 19 millions d’euros un programme de décentralisation et de gouvernance locale.