Nouvelles exigences

21/04/2013
Nouvelles exigences

Le gouvernement a décidé il y a quelques jours d'allouer des allocations de 20 à 30.000 Fcfa aux 50.000 fonctionnaires que compte le pays. Une mesure qui coûtera plus de 10 milliards au Trésor public. Mais la Synergie des travailleurs du Togo (STT) estime que ce n’est pas suffisant. Ce groupement de syndicats de base exige que le forfait s’applique également aux agents de l’Etat … en retraite.

Concernant la reprise des cours lundi, la STT se déclare favorable à la condition qu’aucune retenue ne soit faite sur le salaire des enseignants grévistes.

Mais au même moment, le syndicat national des professeurs de l’enseignement technique (SYNPETT), membre de la STT, appelle ses adhérents à boycotter les cours jusqu’à ce que les coupables de la mort d’Anselme Sinandaré, un élève tué lundi dernier à Dapaong, soient formellement identifiés et punis.

On aimerait également connaître l’identité de ceux qui ont incité les écoliers et les élèves à quitter les salles de classe pour aller soutenir leurs professeurs dans les rues provoquant de la casse et la mort d’un enfant de 12 ans.

Ni la STT, ni le SYNPETT ne semblent vraiment intéresser à rechercher les coupables qui pourraient, le cas échéant, se trouver dans leurs rangs.

Photo : Nadou Lawson, la coordinatrice de la STT

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.