STT : ‘Le gouvernement est ouvert au dialogue’

06/08/2013
STT : ‘Le gouvernement est ouvert au dialogue’

‘L’invitation lancée par le gouvernement togolais à Lech Walesa est une bonne chose et cela prouve qu’il est ouvert à la discussion et qu’on pourra arriver à trouver un accord de principe pour que les travailleurs togolais soient bien payés’. Ces propos encourageants sont ceux du coordonnateur de la Synergie des travailleurs du Togo (STT), Gilbert Tsolenyanu (photo). La STT, un groupement informel de syndicats de base, a déclenché, il y a plusieurs mois, un bras de fer avec les autorités afin d’obtenir une augmentation de 100% des salaires des fonctionnaires. Impossible à satisfaire en raison de l’Etat des finances publiques, mais le gouvernement pourrait considérer favorablement une hausse acceptable du traitement des agents de la fonction publique.

Pour Gilbert Tsolenyanu, la visite de l’ancien président polonais la semaine dernière au Togo a été bénéfique. ‘Lech Walesa est connu de tous comme un grand syndicaliste de qui a mené une lutte comme la nôtre dans son pays, la Pologne et qui est arrivé à tirer des avantages pour les travailleur’ a-t-il déclaré. 

Il n’empêche, la situation de la Pologne communiste sous le général Wojciech Jaruzelski est un poil différente à celle du Togo de 2013.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Sortir de la pauvreté, c'est possible

Développement

Le président Faure Gnassingbé a lancé jeudi à le projet de développement rural de la plaine de  (PDRD).

As Togo-Port rencontrera un club soudanais le 10 mars

Sport

As Togo-Port rencontrera le 10 mars prochain à Lomé Al Hilal FC du Soudan à l’occasion des 16e de finale de la Ligue africaine des champions de la CAF.

Les notaires togolais vont passer à l'Acte authentique électronique

Justice

Le nouveau président de la Chambre des notaires, Me David Koffi Tsolenyanu, a pris ses fonctions jeudi.

Guinée Bissau : non aux sanctions !

Cédéao

Les 19 personnalités bissau-guinéennes, récemment sanctionnées par la Cédéao pour non respect de l’Accord de Conakry, constestent cette décision.