Allo maltraitance

15/01/2009
Allo maltraitance

Depuis mercredi, un numéro vert gratuit permet de dénoncer les cas de violation des droits de l'enfant au Togo et de saisir les services de police. La ministre de l'Action sociale, Maïmounatou Ibrahima, a lancé mercredi cette initiative. Mais ce service est également disponible pour renseigner et informer les citoyens sur tout ce qui concerne la protection des jeunes.

«  Aucun jour ne se passe sans que l'on n'enregistre des cas d'enfants victimes de traite, d'abandon, d'abus ou d'exploitation. Il était donc indispensable de mettre cette ligne en place », explique Mme Maïmounatou. Selon les Nations Unies, 29% des enfants âgés de 5 à 14 ans sont utilisés pour des activités économiques et domestiques jugés nuisibles à leur épanouissement et beaucoup d'enfants sont quotidiennement victimes de traite interne et externe.

Les associations de défense des droits des enfants se sont félicités de cette initiative du gouvernementale.

« Allo111 » fonctionne sur les réseaux de Togocel, Moov et Togo Telecom.

Ce numéro vert est le fruit d'un partenariat entre le gouvernement et l'Unicef, Terre des Hommes, Care International, Wao Afrique, Plan Togo, le BICE et la FODDET avec le soutien de des sociétés privées comme Togo Telecom, Moov et Progosa.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La Chine s'engage contre le paludisme

Santé

Le Togo est loin d’avoir gagné son combat contre le paludisme, mais il peut compter sur ses partenaires dont la Chine.

La FTF assure

Sport

Nouvelle saison. Le championnat de première division débute le 23 septembre avec 7 rencontres à l’affiche.

Les nouvelles tendances du tourisme mondial

Tourisme

Comme chaque année, le Togo sera présent au Salon IFTM Top Resa qui se déroule du 25 au 28 septembre à Paris.

Il est important de savoir d’où l’on vient

Diaspora

Diplômé de l’Ecole de diplomatie et de relations internationales de l’université Seton Hall,  Erick Agbleke vient de passer son été comme stagiaire à l’ambassade américaine à Lomé.