Analyser le risque

04/06/2013
Analyser le risque

Le 18e colloque international en évaluation environnementale, organisé par le SIFEE (Secrétariat international francophone pour l’évaluation environnementale) et l’Agence nationale de gestion de l’environnement (ANGE), s’est ouvert en début de semaine à Lomé. Il sera suivi à partir de mardi de l’école d’été. Mais rien à voir avec des vacances

Koffi Efanam Adadji (photo), le directeur général d’ANGE, explique que le Togo a accompli de nombreux progrès en matière de protection de l’environnement depuis plusieurs années.

Republicoftogo.com : Le Togo a-t-il rattrapé son retard ?

Koffi Adadji : Les progrès sont significatifs, notamment pour ce qui concerne l’évaluation environnementale. Le Togo est l’un des premiers pays a avoir initié ce que nous appelons les études d’impacts et à les avoir intégré, dès 1988, dans le Code de l’environnement.

Les responsables du SIFEE estiment même à voir avec des vacances;rtnotamment pour ce qui concernertie continentale.ourd'de boycott émanant de certains syndicats;rtême que le Togo est en avance sur le Canada, puisque ce pays n’a pas encore pris en compte les évaluations stratégiques dans son ordonnance juridique.

Repubiloftogo.com: Quel rapport y a-t-il entre le Colloque et l’Ecole d’été du SIFÉE?

Koffi Adadji : Le SIFEE organise chaque année un double évènement : le colloque international et l’Ecole d’Eté. Le premier est le segment politique, plus académique, qui communique sur les grands problèmes ; le second est davantage technique. 

Lire le discours prononcé par la ministre de l’Environnement, Dédé Ekoue

A  l’entame de mon propos,  Je voudrais souhaiter la bienvenue à tous les invités, à cette cérémonie d’ouverture, à tous les formateurs et bénéficiaires de l’école d’été j’ai le devoir des plus agréables de rendre les civilités méritées à toutes les délégations étrangères  qui ont choisi d’effectuer le déplacement de Togo à l’occasion de la tenue de la 17e école  d’été et du 18e colloque du Secrétariat International Francophone pour l’Evaluation Environnementale (SIFEE), édition 2013.  Soyez les bienvenus au Togo et soyez remerciés pour la marque de confiance que vous manifestez ainsi à notre pays et au peuple togolais tout entier.

Il y a exactement onze mois, le Conseil d’Administration du SIFEE désignait le Togo pour abriter la présente édition de ses manifestations annuelles, avec comme institution focale principale l’Agence Nationale de Gestion de l’Environnement (ANGE) . Le Togo avait pris cet engagement avec la ferme conviction que de tels forums d’échange d’idées et de savoirs ne seraient que bénéfiques aux acteurs. Le gouvernement y a accordé  l’attention et l’accompagnement qu’il faut en contribuant à la mobilisation des ressources humaines et financières pour l’organisation de l’evenement dont le segment technique s’ouvre ce matin par 1’ école  d’été. 

Mesdames  et Messieurs,

L’impératif de développement qui rythme le progrès des nations  requiert  des initiatives audacieuses. Dans les jeunes nations comme le Togo ces initiatives de développement  sont de différentes sortes telles que:

- l’exploitation et la transformation des ressources minières ; 

- le construction et l’exploitation d’infrastructures ;

- l’extraction des ressources énergétiques ; 

- la production, le transport et la distribution d’énergie; 

- l’exploitation des ressources agroforesteries et halieutiques ;

- etc.

Il est évident que toutes ces actions au moment de leur réalisation  s’accompagnent toujours d’impacts négatifs non désirés sur la santé humaine et sur l’environnement qu’il importe de  prévenir, réduire ou gérer. C’est le fondement même d’évaluation environnementale que le SIFEE promeut à travers l’organisation de ses événements annuels que sont entre autres le colloque et l’école d’été. 

Je voudrais faire un petit détour dans le temps pour rappeler que la Conférence de Stockholm de 1972, si  les Etats s’étaient réellement engagés à prendre en compte les risques de dommages lies à leurs différentes  initiatives de développement la communauté internationale ne se seraient peut-être pas trouvée dans l’obligation d’adopter les accords multilatéraux sur des thématiques de l’environnement tels que le changement climatique, la biodiversité, la couche d’ozone, les polluants organiques persistants, etc. 

Après le sommet de Rio en 1992, si le concept de développement durable qui en est apparu  devenait  tant soit peu effectif, l’ampleur actuelle de la dégradation de l’environnement serait certainement atténuée. Face à ces problèmes environnementaux,  il fallait trouver des solutions qui concilient le développement et les risques environnementaux associés. Et l’évaluation environnementale qui en est une est le domaine d’intervention du SIFEE dont la stratégie de renforcement des capacités consiste en : 

- des ateliers nationaux notamment de formation de formateurs (en développement) et séminaires cibles ; 

- de développement et diffusion d’outils et de documentation ;

- d’événements régionaux annuels;

- de colloques annuels ; etc...

- des écoles d’été pour l’acquisition des notions de base et l’approfondissement de thématiques.Les écoles d’été  sont  une habitude séculaire du monde scientifique occidental qui permet d’organiser en été des rencontres d’échanges sur des questions préoccupantes. Le SIFEE donne l’occasion à ses membres, notamment ceux du continent africain de connaitre cette bonne pratique. L’école  d’été de SIFEE, vous le savez mieux que moi,  mobilise les experts du monde francophone en évaluation environnementale et vise un transfert de connaissance et de technologie dans une perspective,  à la fois de mise à jour régulière de la discipline et de mise à niveau des acteurs de plus en plus diversifiés.  

Le thème de cette année est « l’analyse du risque dans les processus d’évaluation environnementale ».  Sa pertinence tient au fait qu’il devra permettre de renseigner les participants sur les méthodes et outils de l’intégration de l’analyse du risque dans les l’évaluation environnementale.  Le thème a donc le mérite de conduire à une approche scientifique harmonisée dans l’appréciation des risques de sorte que les prises de décisions soient les moins subjectives possibles.

Mesdames Messieurs

Vous voudriez bien me laisser le privilège de vous exhorter à échanges de très bonne facture et de grande qualité scientifique qui  distingueraient positivement l’école d’été de Lomé des éditions antérieures. Ce sera une des valeurs ajoutées de vos travaux.

C’est sur cette note d’exhortation au succès que je déclare les travaux de l’école d’été du SIFEE 2013 officiellement ouverts.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.

Les inégalités entre les genres coûtent une fortune à l'Afrique

Développement

L’édition 2016 du rapport sur le développement humain en Afrique, réalisé par le PNUD, a été présentée lundi à Lomé.

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.

Promotion de la culture Tem

Culture

Le festival international des musiques et danses traditionnelles TEM Festekpe aura lieu 9 au 11 décembre  à Sokodé.