Avant d'appeler le Togo, méfiez-vous !

30/04/2007
Avant d'appeler le Togo, méfiez-vous !

Depuis plusieurs semaines, de nombreux Togolais installés à l'étranger et plus généralement des personnes voulant joindre le Togo depuis l'Europe et les Etats-Unis éprouvent des difficultés à contacter leurs correspondants sur téléphone fixe ou mobile. Lignes saturées, messages d'erreurs, impossibilité d'obtenir une connexion.

Une situation particulièrement irritante. Et les accusations fusent contre Togo Telecom accusé d'être responsable de ce chaos.Or, l'opérateur public n'a rien à voir dans ces graves dysfonctionnements. Il est lui même la victime involontaire de ce bug.

A l'origine de ces problèmes, les vendeurs de cartes prépayées à l'international dont le business est florissant grâce à des tarifs qu'ils présentent comme largement inférieurs à ceux pratiqués par les grands opérateurs internationaux.

« Magic Africa », « Afrique discount », « Afrique illimitée ». Des appellations séduisantes qui cachent une réalité moins glorieuse.

Car certaines de ces sociétés qui vendent leurs cartes en kiosque ou via Internet à Paris, Berlin ou New York oublient d'avertir leurs clients qu'eux-mêmes n'ont pas payé les opérateurs auprès desquels ils sont censés acheminer les communications.

D'ou l'impossibilité de joindre le Togo.

Le problème est que le client lui ignore tout cela. Il a acheté sa carte qu'il a payé 5 ou 10 euros et est légitimement convaincu de pouvoir joindre son cousin à Lomé, son frère à Atakpamé ou son fils à Sokodé.

Le préjudice est bien réel. Pour le client, mais aussi pour Togo Telecom qui fait figure de principal accusé et dont l'image est écornée en raisons de pratiques frauduleuses de certaines sociétés.

Mais il n'y a pas que les distributeurs de cartes prépayées qui sont en cause.

Les opérateurs discount sur Internet contribuent eux aussi à rendre l'accès téléphonique au Togo particulièrement difficile.

Ils s'appellent Télérabais, , Direct Home, Inter Africa, ...

Le principe est simple et fort lucratif. L'abonné accède par l'intermédiaire d'unN° 800 à une plateforme technique. Il lui est alors demandé de composer le numéro désiré au Togo.

Le problème, c'est que la plupart du temps, l'appel n'abouti pas mais il aura été taxé au passage de 10 à 15 centimes d'euros par le discounter.

Dans le meilleur des cas, il est possible de joindre son correspondant avec une très mauvaise qualité d'écoute et l'appel sera volontairement coupé au bout d'une minute pour forcer l'utilisateur à se reconnecter à la base technique.

Dans la plupart des cas, ces sociétés n'ont pas passé d'accord avec Togo Telecom ou sous-traitent leur trafic à un opérateur qui lui-même n'a jamais payé la société togolaise.

Pour un expert européen en télécom, « Toutes ces pratiques sont à la limite de la légalité ou relèvent de l'escroquerie, notamment pour les cartes prépayées ». Et le Togo n'est pas le seul dans cette situation. Des scénarios similaires existent avec la Côte d'Ivoire, le Bénin, le Mali, le Sénégal ou le Burkina.

D'ailleurs, plusieurs opérateurs ouest-africains envisagent de lancer une procédure commune contre les discounters basés en Europe et aux Etats-Unis.

Alors comment faire pour être certain de pouvoir joindre le Togo dans de bonnes conditions ?

Seule solution, faire confiance aux opérateurs étrangers à la réputation établie, British Telecom, Deutsche Telecom, SFR, Verizon, ATT, etc…

Certes, les prix sont plus élevés que ceux annoncés sur les cartes prépayées ou sur Internet, mais au moins, le Togo demeure accessible 24h24.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Système électronique de suivi du courrier

Tech & Web

La société des postes du Togo a lancé son service ‘Post Tracker’. Pour les clients, c'est l'assurance de la traçabilité. 

CAN 2017 : tirage au sort le 19 octobre

Sport

Les têtes de série pour la Coupe d'Afrique des nations 2017 ont été désignées mardi. Le Togo se trouve dans le Pot 4 avec l'Ouganda et le Zimbabwe, notamment.

Le Togo modernise ses prisons

Justice

Surpopulation, promiscuité, manque d’hygiène, violences. L'état des prisons n'est pas reluisante, mais c'est en cours d'amélioration.

Les conditions de la relance

Tourisme

Le gouvernement s’est résolument engagé dans le développement et la promotion du secteur touristique.