Chasse aux escrocs du Net !

09/03/2008
Chasse aux escrocs du Net !

Voici une histoire qui devrait servir de leçon aux réseaux nigérians qui sévissent au togo depuis de nombreuses années et qui ternissent l'image du pays. Neuf Nigérians ont été condamnés à cinq ans de prison à Accra pour une escroquerie internet, notamment contre un ressortissant français, au moyen de faux documents, dont un à l'en-tête du bureau du président ghanéen, ont rapporté dimanche des medias ghanéens.

Selon l'agence de presse GNA et le quotidien nigérian Punch, les neuf Nigérians ont été condamnés le 29 février, dont un par contumace, pour avoir fabriqué toute une série de lettres et certificats aux noms notamment de la présidence, de la direction de la police, de la Sûreté nationale, du bureau du procureur général et de la Banque centrale du Ghana.Le directeur adjoint de la police George Abavelim, cité par GNA, a indiqué que le réseau a été découvert suite à la plainte d'un Français, identifié comme Gilles Gillet de Laumont, escroqué de 35.000 dollars en mai 2005.

Ce dernier a été victime d'un coup monté à l'internet, connu sous le nom de "419", du nom de la loi nigériane sur la criminalité informatique, dont le Nigeria est le champion du monde.

Selon un scénario classique dans ce genre d'affaires, la victime avait été contactée par internet pour lui annoncer que quelque 8,5 millions de dollars avaient été déposés sur un compte bancaire au Ghana, et qu'il lui suffisait de' payer quelques frais et taxes pour entrer en possession de ce pactole. Le tout avec lettres et tampons officiels pour convaincre le pigeon, dont un document portant la propre signature du gouverneur de la Banque centrale.

Lors d'un premier séjour au Ghana en mai 2005, le Français avait versé un acompte de 35.000 dollars et devait revenir en septembre pour verser le solde des "frais" soit quelque 150.000 dollars supplémentaires.

Convaincu par un ami ghanéen en France qu'il s'était fait escroquer, il a alerté la police ghanéenne qui a mis la main sur le gang qui opérait tout simplement depuis un cybercafé.

Ce genre de pratique est bien connu au Togo. Republicoftogo.com n'a eu de cesse depuis des années de mettre en garde les internautes contre des propositions alléchantes envoyées par depuis Lomé par de supposés avocats, banquiers ou particuliers assurant être à la tête d'une fortune de plusieurs millions de dollars.

Munis de portables à cartes prépayées (impossibles à identiier), les escrocs sévissent à partir des cybercafés sous des adresses de messageries gratuites comme Yahoo ou Hotmail.

Parfois, ils fabriquent de faux documents généralement grossiers en en Anglais (passeports, certificats de décès, etc…).

Pour ces fraudeurs du Net, la dernière mode consiste à monter des appels d'offre bidon au profit de ministères togolais, de l'Onu ou de l'Union européenne. Le scénario est différent mais l'escroquerie reste fondamentalement la même.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.