Conditions de détention : ligne ouverte

04/08/2007
Conditions de détention : ligne ouverte

Le procureur de la République du Togo, Robert Bakaï, a entrepris ces derniers jours, une tournée dans certains lieu de détention, afin de s'enquérir des conditions de vie des détenus. M.Bakaï s'est rendu à la direction de police judiciaire et au service des recherches et des investigations de la gendarmerie à Lomé. Il a pu se rendre compte des conditions des vie de détention, du respect de la durée de la garde à vue et des conditions d'hygiène.

"Dans l'ensemble des unités visitées, nous avons pu constater que le délai de garde à vue est bien respecté", a déclaré à Republicofotogo.com, Robert Bakaï."J'ai la joie de vous annoncer qu'aucune irrégularité sensible n'a été constatée. Une chose est de commettre une infraction, l'autre chose est de pouvoir prendre les mesures adéquates pour punir ceux qui viennent de commettre l'infraction", a souligné M.Bakaï.

A la direction centrale de la police judiciaire et dans les autres commissariats, et brigades visités, le procureur de la République a toujours affiché sa satisfaction.

Il a enfin lancé un appel aux Togolais , afin de dénoncer toute violation des droits de l'homme constaté sur les lieux de détention.

Ainsi, une ligne téléphonique est ouverte pour informer les autorités judiciaire de toute violation de droits de l'homme dans les lieux de détention.

Le numéro de téléphone est le

923 21 21

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Indice harmonisé des prix à la consommation : un casse-tête

Cédéao

La Cédéao vient d’achever à Lomé une réunion consacrée à l'état d'avancement des outils du traitement de l'indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) des pays membres.

La Chambre des notaires prend acte

Justice

Cinq nouveaux notaires ont prêté serment jeudi devant la Cour d’appel de Lomé. La profession est en pleine mutation. 

Un nouveau contrat de management pour le 2 février ?

Tourisme

Le journal Focus Infos annonce la signature d’un contrat de management entre Emaar  Hospitality Group et la société Kaylan qui exploite l’hôtel du 2 février.

Levée d'écrou

Social

Trois enseignants condamnés en début de semaine à Kara pour tentative d'enlèvement dans une gendarmerie ont été libérés.