Construire l’avenir sans excision

05/02/2016
Construire l’avenir sans excision

Le procédé a perdu de son sens culturel et traditionnel

A la veille de la Journée mondiale de lutte contre les mutilations génitales féminines, la ministre de la Promotion de la femme, Tchabinandi Kolani-Yentcharé, a appelé à mettre fin à ces pratiques au Togo.

Des pratiques interdites et punies par la loi, mais toujours en vigueur en milieu rural.

En 1996, 12% des femmes entre 15 et 45 ans étaient excisées, ce pourcentage est tombé à 3,9% en 2010, selon la plus récente enquête démographique.

‘Ces mutilations constituent une violation fondamentale du droit des femmes. C'est une pratique discriminatoire contraire au droit. Ces pratiques traditionnelles sont préjudiciables à la santé, et à la liberté de choix en matière de reproduction’, a souligné la ministre.

Cette propension à l’excision au Togo s’explique essentiellement par la dimension culturelle de cet acte. En effet, l’excision est un rituel traditionnel censé préparer la jeune fille à son futur statut d’épouse et était pratiqué sur les adolescentes âgées d’environ 15 ans, juste avant leur mariage.

Toutefois, le procédé a perdu de son sens culturel et traditionnel : l'opération est aujourd’hui réalisée avant l’âge de 5 ans en milieu rural et dans les 40 jours suivant la naissance en milieu urbain.

Les hommes refusent parfois d’épouser une fille non excisée. La pression sociale, le tabou autour du sujet, le manque d’information sur ses conséquences néfastes pour la santé, les amalgames avec la religion, les croyances et les superstitions très ancrées dans les communautés, font de l’excision une des pratiques les plus difficiles à éradiquer au monde.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Liberté, modernité, efficacité

Justice

Le secteur de la justice est en phase d'évolution et de modernisation. Un audit donne des pistes pour davantage d'efficacité. 

Mango et Dapaong bénéficient d'un appui de l'UE

Coopération

L'UE va consacrer plus de 300 millions à la réhabilitation du réseau d’eau potable à Mango et Dapaong.

Klassou lance la riposte

Santé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.

Analyse qualitative

Santé

Cofinancé par la Fondation Mérieux et l’AFD, le nouveau laboratoire central a été inauguré jeudi à Lomé.