Contrôle aérien : mettre fin au trou noir

16/12/2014
Contrôle aérien : mettre fin au trou noir

Une grande partie de l'Afrique ne dispose pas de couverture radar

Le comité de gestion du réseau de télécommunication aéronautique par satellite de la zone Afrique et océan indien tient sa 22e session annuelle à Lomé. Le souci permanent est d’améliorer la couverture satellitaire permettant aux avions d’être suivis depuis le sol, de communiquer entre-eux et de recevoir des informations techniques indispensables en temps réel telles que les prévisions météorologiques.

Les avions survolant l’Afrique son pris en charge par le contrôle aérien de l’ASECNA mais uniquement en approche des grands aéroports ; l’essentiel du vol s’effectue en dehors de toute couverture radar. En installer au milieu du Sahara ou dans les forêts tropicales relève de l’impossible.

Les aéronefs font des points de report en HF. Ils transmettent l'heure de passage du dernier point, l'altitude, et l'heure estimée de passage du point suivant.

Les responsables réunis à Lomé travaillent sur un projet qui existe déjà sur l'atlantique nord et le pacifique. Le système ADS permet au contrôleur d'interroger l'avion via satcom pour connaître sa position. Ce n'est pas un radar, mais la position de l'avion reste connue pratiquement en temps réel.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Promouvoir la disponibilité de la fibre en accès libre

Tech & Web

Au moment où les autorités togolaises mettent le paquet pour développer la fibre, des experts internationaux douchent les ambitions du pays.

Lutte régionale contre le banditisme et le terrorisme

Coopération

Plus de 200 individus soupçonnés de banditisme et d’activités terroristes ont été arrêtées lors d'une opération de sécurité régionale.

La monnaie unique est sur les rails

Cédéao

Jean-Claude Brou, le nouveau président de la Commission de la Cédéao, a présenté devant les membres du Parlement de l’organisation son plan stratégique.

Prochaine mise en œuvre du WACA

Environnement

La Banque mondiale a annoncé en avril dernier une aide de plus de 50 millions de dollars sous forme de prêt et de don pour aider le Togo à lutter contre l’érosion côtière.