Copenhague oublie l’Afrique

19/12/2009
Copenhague oublie l’Afrique

Plus de douze heures après l'heure prévue de sa clôture, la conférence des Nations unies sur le climat poursuivait samedi matin ses débats à Copenhague, sans s'accorder sur l'avenir de la lutte contre le réchauffement.
La déclaration politique associant moins d'une trentaine de pays, un peu vite annoncé vendredi soir comme un accord par les présidents américain Barack Obama et français Nicolas Sarkozy, faisait toujours un peu avant 08H00 (07H00 GMT) l'objet de débats parfois amers entre les délégations.
Cette déclaration, qui prévoit de limiter le réchauffement planétaire à 2 degrés par rapport aux niveaux pré-industriels, a été négociée depuis jeudi soir entre les chefs d'Etat et de gouvernement. Elle associe essentiellement les Etats-Unis, l'Europe, et les grands pays émergents comme la Chine, l'Inde, l'Afrique du Sud et le Brésil.
Même s'il prévoit la création d'un fonds spécial et une enveloppe qui s'élèvera progressivement à 100 milliards de dollars d'ici à 2020, en priorité au profit des pays les plus vulnérables, cet accord a été négocié en secret, derrière des portes closes, en contradiction avec les règles multilatérales des Nations unies.
"Il s'agit d'un accord politique entre chefs d'Etat, pas d'un contrat, par lequel les dirigeants ont tenté de relancer la machine", expliquait dans la nuit le ministre français de l'environnement, Jean-Louis Borloo.
Le Premier ministre danois Lars Loekke Rasmussen, qui préside les travaux, a choisi de le soumettre à la plénière et déclenché d'interminables débats alors que le consensus était loin d'être en vue, selon lui.
La question restait posée samedi au lever du jour sur l'avenir des négociations pour 2010.
La déclaration appelle à la conclusion d'un accord complet d'ici à la fin 2010.
Mais la conférence devait encore s'entendre sur le calendrier et le format des travaux à venir, et adopter des décisions de procédure, alors que la chencelière allemande a proposé d'accueillir le prochain round en juin, à Bonn.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Solution en vue à Bissau ?

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, a rencontré vendredi à Abuja son homologue de Guinée Bissau.

Innover pour une santé de meilleure qualité

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi au CHR d’Atakpamé (région des Plateaux) qui expérimente depuis plusieurs mois un processus de gestion externe.  

Les priorités de la BM pour 2018

Développement

Joëlle Dehasse, la représentante de la Banque mondiale à Lomé, a indiqué les priorités de son institution pour l’année prochaine. 

Cina Lawson s'intéresse à la green tech

Environnement

Cina Lawson a assisté lundi à Paris au  ‘Tech for Planet’ organisé en marge du One Planet Summit.