Dénoncer pour mieux réprimer

11/03/2013
Dénoncer pour mieux réprimer

350 viols ont été commis en 2012 au Togo, selon une étude publiée lundi par l’ONG Wildaf; sans doute beaucoup plus si l’on tient compte des cas qui n’ont pas fait l’objet de plainte.

Les peines sont sévères, de 5 à 20 de prison encourus par les agresseurs, précise Me Alexis Aquéreburu, avocat au Barreau de Lomé.

D’après les éléments à disposition de la police et de la gendarmerie, les viols sont commis la plupart du temps dans les grandes villes, mais les victimes se trouvent également en milieu rural où le poids des traditions les contraignent à garder le silence.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Togo se mobilise en faveur des sinistrés

Cédéao

Faure Gnassingbé a effectué jeudi une visite de quelques heures en Sierra-Leone pour évaluer l’ampleur des dégâts.

PPAAO : nouvel appui de la Banque mondiale

Coopération

La Banque mondiale a accordé un financement additionnel pour l'amélioration de la productivité agricole au Togo.

L'heure est à la clarification

Social

Les employeurs rechignent à offrir à leur personnel une protection sociale digne de ce nom. Pourtant les textes sont précis.

Fraude avérée selon la FTF

Sport

En mai dernier, un match de D1 opposant Gbikinti de Bassar et Maranatha s’était soldé sur un score de 11 à 0 !