Du mieux en matière de droits de l'homme

21/01/2009
Du mieux en matière de droits de l'homme

La situation des droits de l'homme connaît des progrès sensibles au Togo, a estimé mardi un haut responsable du Réseau africain des institutions nationales des droits de l'homme (RAINDH), Aderrazak Rouwane, dans un entretien accordé à l'Agence Xinhua. M. Rouwane, chef du Département de la Coopération et des Relations extérieures du Conseil consultatif des droits de l'homme du Royaume du Maroc, séjourne à Lomé où il représente le RAINDH à un atelier régional de deux jours sur le renforcement de l'efficacité et de la crédibilité des institutions nationales africaines des droits de l'homme.

"J'ai une très bonne opinion de la Commission nationale des droits de l'homme du Togo. Elle ne cesse de s'améliorer (…) », indique-t-il.M. Rouwane a toutefois reconnu que beaucoup d'efforts restaient à accomplir.

"Que ce soit au Togo, au Maroc ou dans les autres pays du continent africain, on a encore beaucoup à faire pour achever et concrétiser le plein épanouissement des droits de l'homme (…) ", a-t-il précisé.

Le Togo est le premier pays africain à avoir initié une Commission nationale des droits de l'homme ; c'était il y a plus de 20 ans.

Aujourd'hui, un nouveau cadre légal assure à cette institution nationale son indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics ainsi que son autonomie financière.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.