Il n’y a pas de fatalité

11/02/2014
Il n’y a pas de fatalité

640 personnes sont mortes sur les routes togolaises en 2013 et 7.638 ont été blessées plus ou moins gravement. Le ministre de la Sécurité, Yark Damehane, a déploré ces chiffres. ‘Le Togo est-il est guerre pour aboutir à un tel bilan ?’, s’est-il exclamé lors une interview à la télévision.

Il a appelé les automobilistes au respect du code de la route ; il les a également invité à respecter la réglementation concernant l’entretien des véhicules ou les surcharges. Mais sans contrôle vigilant de la police et des sanctions à la clé, cette mise en garde risque de rester un vœu pieux.

De nombreux accidents pourraient être évités et de nombreuses vies sauvées si les conducteurs faisaient preuve de davantage de responsabilité. 

Des campagnes de prévention assorties d’un contrôle strict pourraient susciter une prise de conscience, mais cela prendra des années.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.

De l'utilité du PUDC

Développement

Un an après son lancement, le PUDC offre un bilan largement positif. Mais ce n'est qu'un début.