Interdit de stationner

02/09/2010
Interdit de stationner

Il y a deux semaines, le ministère des Transports avait lancé une mise en garde contre les stationnements anarchiques sur les voies publiques, notamment le long le Boulevard du Mono à la hauteur du grand marché.
Les automobilistes, et particulièrement les taxis et les camions, avaient jusqu’au 1er septembre pour se conformer aux nouvelles dispositions en utilisant désormais la gare routière d'Akodesséwa.
Le ministre Ninsao Gnonfame s’est rendu lui même sur les lieux mercredi pour dresser un premier constat.
"Certains conducteurs ont quitté le boulevard, mais il ya encore de la résistance et nous rappelons notre volonté de faire en sorte que l'ordre revienne sur cette voie; quelles que soient les raisons on ne sauraient autoriser cette anarchie sur la voie publique" a-t-il déclaré.
Du côté des professionnels, la pilule a du mal à passer.
"Nous ne voulons pas aller à la gare d'Akodesséwa ; nous demandons au ministre de nous trouver un autre espace où garer, c'est notre gagne pain, nous ne pouvons pas stationner loin du marché", explique Kodjovi Manoui, un chauffeur de taxi.
Le Boulevard du Mono a été rénové récemment avec deux voies dans chaque sens, mais l’arrêt intempestif des taxis au niveau du grand marché ralentit la circulation.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.