Job d’été

24/07/2012
Job d’été

Les vacances scolaires sont pour beaucoup de jeunes l’occasion de se faire un peu d’argent de poche avec des petits boulots. C’est évidemment plus facile à Lomé où il y a une demande. Cafés, restaurants, commerces recrutent cette main d’œuvre bon marché pendant deux mois. Le travail est parfois pénible comme au grand marché d’Adawlato où de nombreux jeunes sont utilisés comme 

« pousse-pousseur ». Sur des chariots de fortune, ils acheminent les marchandises des camions aux commerçants ; des centaines de kilos tractés à la sueur du front.

Mais le business est profitable. « Je me fais 6 à 7000 Fcfa par jour, parfois 10.000. Avec ça je peux m’acheter des vêtement et les fournitures scolaires », explique Kokou (photo).

D’autres choisissent des jobs plus risqués comme Zémidjan, ces taxis-motos qui sillonnent la capitale. Ils n’ont ni formation, ni la pratique et sont exploités au péril de leur vie par des patrons peu scrupuleux.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Coopération agricole avec Israël

Cédéao

Le ministre de l’Agriculture, Ouro-Koura Agadazi, effectue depuis lundi une visite de travail en Israël.

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.

Les inégalités entre les genres coûtent une fortune à l'Afrique

Développement

L’édition 2016 du rapport sur le développement humain en Afrique, réalisé par le PNUD, a été présentée lundi à Lomé.

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.