Kerim Nassakou, le bon samaritain

05/09/2013
Kerim Nassakou, le bon samaritain

Bâton en main, sac au dos et pieds endoloris, des milliers de «cheminants» foulent chaque année les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, une aventure vieille de 1.000 ans où la quête personnelle, voire le défi sportif supplantent de plus en plus le pèlerinage religieux. 780km en 30 jours, de Saint-Jean-Pied-de-Port (France) à Santiago de Compostela (Espagne), qui dit mieux ?

Aux dires de chacun, l’effort et la souffrance partagés poussent le cheminant à devenir un bon samaritain. «Ici, il n’y a ni riches, ni pauvres. C’est la fraternité qui prédomine, pas le statut social», raconte Kerim Nassakou (photo), un «accro» au chemin, qu’il arpente pour la deuxième fois et l’un des rares togolais à effectuer ce pèlerinage.

En vingt ans, le nombre de pèlerins ayant atteint Saint-Jacques-de-Compostelle a doublé, selon le bureau des pèlerins de la ville. En 2012, ils étaient plus de 192.000 à avoir atteint la terre promise galicienne.

Depuis le Moyen-Age, les pèlerins traditionalistes partent avec le désir d’expier leurs fautes et de vénérer les saintes reliques de l’apôtre Jacques, décapité en 44 à Jérusalem. Mais pour les marcheurs d’aujourd’hui, les motivations sont ailleurs.

«Accumuler les kilomètres, c’est se réconcilier avec son corps, se réconcilier avec soi», explique Kerim Nassakou.

Pour les moins épris de spiritualité, ce voyage au long cours représente un dépassement, même si l’introspection n’est jamais bien loin: «Se retrouver à souffrir sous le cagnard, c’est un bon moyen de se remettre en question», souligne le marcheur originaire du Togo.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Togo se mobilise en faveur des sinistrés

Cédéao

Faure Gnassingbé a effectué jeudi une visite de quelques heures en Sierra-Leone pour évaluer l’ampleur des dégâts.

PPAAO : nouvel appui de la Banque mondiale

Coopération

La Banque mondiale a accordé un financement additionnel pour l'amélioration de la productivité agricole au Togo.

L'heure est à la clarification

Social

Les employeurs rechignent à offrir à leur personnel une protection sociale digne de ce nom. Pourtant les textes sont précis.

Fraude avérée selon la FTF

Sport

En mai dernier, un match de D1 opposant Gbikinti de Bassar et Maranatha s’était soldé sur un score de 11 à 0 !