L’excision en chute libre au Togo

06/02/2012
L’excision en chute libre au Togo

La Journée internationale de la tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines, s’est déroulée lundi au Togo et à travers le monde.

Aujourd’hui encore, trois millions de petites filles sont excisées chaque année dans le monde ; celles qui survivent en gardent souvent des séquelles durables. 

La mutilation génitale féminine peut, en tant que norme sociale, être abandonnée en l’espace d’une génération. 

C’est dans certains groupes de la population de différents pays d’Afrique centrale, d’Afrique de l’Ouest, du Moyen-Orient et d’Asie de l’Est que cette pratique est la plus répandue. Mais la mutilation génitale féminine continue d’être pratiquée par endroits en Amérique du Nord, en Australie et en Europe – généralement au sein de petites communautés et de certaines populations immigrées. 

Bonne nouvelle au Togo, les mutilations sont en forte regression. En 10 ans, le taux est passé de 60 à 12%.

Les Nations Unies projettent lors de la prochaine Assemblée générale d’adopter une résolution visant à interdire purement et simplement l’excision.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.

De l'utilité du PUDC

Développement

Un an après son lancement, le PUDC offre un bilan largement positif. Mais ce n'est qu'un début.