L’excision en chute libre au Togo

06/02/2012
L’excision en chute libre au Togo

La Journée internationale de la tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines, s’est déroulée lundi au Togo et à travers le monde.

Aujourd’hui encore, trois millions de petites filles sont excisées chaque année dans le monde ; celles qui survivent en gardent souvent des séquelles durables. 

La mutilation génitale féminine peut, en tant que norme sociale, être abandonnée en l’espace d’une génération. 

C’est dans certains groupes de la population de différents pays d’Afrique centrale, d’Afrique de l’Ouest, du Moyen-Orient et d’Asie de l’Est que cette pratique est la plus répandue. Mais la mutilation génitale féminine continue d’être pratiquée par endroits en Amérique du Nord, en Australie et en Europe – généralement au sein de petites communautés et de certaines populations immigrées. 

Bonne nouvelle au Togo, les mutilations sont en forte regression. En 10 ans, le taux est passé de 60 à 12%.

Les Nations Unies projettent lors de la prochaine Assemblée générale d’adopter une résolution visant à interdire purement et simplement l’excision.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.