L’excision en chute libre au Togo

06/02/2012
L’excision en chute libre au Togo

La Journée internationale de la tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines, s’est déroulée lundi au Togo et à travers le monde.

Aujourd’hui encore, trois millions de petites filles sont excisées chaque année dans le monde ; celles qui survivent en gardent souvent des séquelles durables. 

La mutilation génitale féminine peut, en tant que norme sociale, être abandonnée en l’espace d’une génération. 

C’est dans certains groupes de la population de différents pays d’Afrique centrale, d’Afrique de l’Ouest, du Moyen-Orient et d’Asie de l’Est que cette pratique est la plus répandue. Mais la mutilation génitale féminine continue d’être pratiquée par endroits en Amérique du Nord, en Australie et en Europe – généralement au sein de petites communautés et de certaines populations immigrées. 

Bonne nouvelle au Togo, les mutilations sont en forte regression. En 10 ans, le taux est passé de 60 à 12%.

Les Nations Unies projettent lors de la prochaine Assemblée générale d’adopter une résolution visant à interdire purement et simplement l’excision.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Réunion du Conseil de médiation et de sécurité à Abuja

Cédéao

Léné Dimban, l’ambassadeur du Togo auprès de la Cedeao a présidé mercredi à Abuja (Nigeria) la 28e réunion du Conseil de médiation et de sécurité.

Arnaques à la petite semaine

Faits divers

Pour fidéliser leurs abonnés, les opérateurs de téléphonie mobile (Moov et Togo Cellulaire) multiplient les opérations commerciales et autres jeux-concours. 

Les Togolais Drépano-solidaires

Santé

La drépanocytose est un vrai problème de santé publique. Près de 250.000 Togolais en sont victimes.

Protéger la culture immatérielle

Culture

Les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, les rituels ou l'artisanat doivent être protégés. C'est la mission de l'Unesco.