La déclaration universelle des droits de l'homme traduite en Ewé et en Kabyé

15/05/2009
 La déclaration universelle des droits de l'homme traduite en Ewé et en Kabyé

La Coalition togolaise des défenseurs des droits humains (CTDDH), qui regroupe vingt associations de défense des droits de l'homme au Togo, vient de lancer un projet de vulgarisation de la déclaration universelle des droits de l'homme à l'intention des groupements de femmes dans le Golfe (Lomé) et la Kozah (Kara). A l'origine de ce projet, le journaliste Carlos Komlavi Kétohou, président de la CTDDH, qui évoque également la situation des libertés au Togo et l'affaire Kpatcha.

##S_B##Republicoftogo.com : Quel est l'intérêt d'un tel projet ?

Carlos Komlanvi  KETOHOU:

C'est un travail de vulgarisation essentiel que nous menons auprès des populations et, plus particulièrement, des femmes. La déclaration universelle des droits de l'homme va, pour la première fois, être traduite en Kabyé et en Ewé, puis expliquée et commentée.

Republicoftogo.com : Quel regard portez-vous sur les droits de l'homme au Togo ?

Carlos Komlanvi  KETOHOU :

Au cours des trois dernières années, il est indéniable que la situation a évolué. La liberté d'expression et d'opinion est plus respectée qu'avant ainsi que les différents pactes internationaux liés aux Droits politiques, socio économiques, civils et culturels.

Nous saluons les efforts qui ont été faits dans ce sens. Mais en même temps nous sommes très préoccupés par la question de l'impunité et nous attendons impatiemment la mise en place prochaine de la commission « Vérité Justice et réconciliation ».

Nous sommes également inquiets après la tentative d'atteinte à la sûreté de l'Etat dont est accusée le député Kpatcha Gnassingbé.

En même temps que nous condamnons le coup de force, nous voulons faire confiance à la justice togolaise pour que les prévenus  bénéficient du principe de la présomption d'innocence et  d'un procès libre, juste et équitable.

Nous sommes d'avis avec ceux qui pensent que  lorsque la sûreté de l'Etat est menacée, il faut prendre des mesures et des dispositions légales, légitimes et judiciaires  pour préserver la sécurité des citoyens. Nous croyons que c'est ce qui est en train d'être fait. Nous ne prenons acte.

Enfin, nous interpellons les plus hautes autorités togolaises à faire en sorte que cet évènement n'affecte pas le processus de démocratisation en cours au Togo et que les reformes politiques engagées par le chef de l'Etat et le Premier ministre et l'ensemble de la classe politique  puissent amener le Togo à une élection libre et transparente en 2010.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le PNUD offre de la mobilité au HCRRUN

Coopération

Des véhicules 4X4 viennent d'être offerts au Haut Commissariat pour faciliter le processus d'indemnisation. 

Guinée Bissau : la Cédéao brandit la menace de sanctions

Cédéao

Faute d'avoir respecté ses engagements vis à vis de la Cédéao, la Guinée Bissau pourrait être sanctionnée par l'organisation régionale.

La transformation numérique est lancée

Tech & Web

Depuis jeudi, les étudiants des universités publiques disposent d’une connexion internet Wi Fi haut débit. Accès disponible dans les salles de cours et sur le campus.

Mauvaise chute

Sport

Les Eperviers du Togo chutent lourdement au dernier classement FIFA publié jeudi. Cinq points de moins.