La police veut y voir clair

18/09/2016
La police veut y voir clair

Sensibilisation avant la répression

Le must de tout conducteur togolais est de posséder une voiture aux vitres tintées. Tellement d’ailleurs qu’il est tout simplement impossible d’identifier le conducteur et les passagers.

Des accessoiristes font fortune en installant ces adhésifs, sauf que c’est interdit.

La police doit pouvoir vérifier de l’extérieur qui se trouve à bord des véhicules. 

En empêchant de voir à l'intérieur du véhicule à partir de l'extérieur, les vitres teintées peuvent permettre de dissimuler certaines infractions au Code de la route éventuellement commises par le conducteur, et notamment des contraventions les plus fréquentes comme l'usage du téléphone au volant et le non-port de ceinture de sécurité. Les vitres teintées sont aussi pour les délinquants un moyen de conserver l’anonymat.

En outre, les films ou les vitrages sur-teintés ne permettent pas au conducteur d’avoir une vision suffisante à partir de l'intérieur du véhicule. Et ce aussi bien à l'arrière qu'à l'avant du véhicule, notamment la nuit.

Les autorités ont donc décidé de mettre fin à leur utilisation. Pour le moment pas de sanction pécuniaire ou pénale. Les automobilistes sont simplement invités à retirer les films.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Tchanilé Banna radié à vie

Sport

L’ancien entraîneur des Eperviers, Tchanilé Banna, organisateur d’un match bidon au Bahreïn en septembre 2010, a été radié à vie par la FIFA.

Un univers musical sans frontières

Culture

Le franco-togolais Jer Ndoti donnera un concert vendredi à l'Institut Français du Togo. Un voyage dans l'univers du jazz et des musiques afri-cubaines.

Le Fonds PISCCA finance 9 projets

Coopération

Plusieurs initiatives locales contribuant à renforcer la société civile et à promouvoir les droits sociaux et économiques viennent de recevoir un coup de pouce.

Mariachis, tequila et internet

Tech & Web

Le Forum annuel sur la gouvernance de l’Internet s’est ouvert mardi à Guadalajara, berceau des mariachis et de la tequila.