La police veut y voir clair

18/09/2016
La police veut y voir clair

Sensibilisation avant la répression

Le must de tout conducteur togolais est de posséder une voiture aux vitres tintées. Tellement d’ailleurs qu’il est tout simplement impossible d’identifier le conducteur et les passagers.

Des accessoiristes font fortune en installant ces adhésifs, sauf que c’est interdit.

La police doit pouvoir vérifier de l’extérieur qui se trouve à bord des véhicules. 

En empêchant de voir à l'intérieur du véhicule à partir de l'extérieur, les vitres teintées peuvent permettre de dissimuler certaines infractions au Code de la route éventuellement commises par le conducteur, et notamment des contraventions les plus fréquentes comme l'usage du téléphone au volant et le non-port de ceinture de sécurité. Les vitres teintées sont aussi pour les délinquants un moyen de conserver l’anonymat.

En outre, les films ou les vitrages sur-teintés ne permettent pas au conducteur d’avoir une vision suffisante à partir de l'intérieur du véhicule. Et ce aussi bien à l'arrière qu'à l'avant du véhicule, notamment la nuit.

Les autorités ont donc décidé de mettre fin à leur utilisation. Pour le moment pas de sanction pécuniaire ou pénale. Les automobilistes sont simplement invités à retirer les films.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Guinée Bissau : la Cédéao brandit la menace de sanctions

Cédéao

Faute d'avoir respecté ses engagements vis à vis de la Cédéao, la Guinée Bissau pourrait être sanctionnée par l'organisation régionale.

La transformation numérique est lancée

Tech & Web

Depuis jeudi, les étudiants des universités publiques disposent d’une connexion internet Wi Fi haut débit. Accès disponible dans les salles de cours et sur le campus.

Mauvaise chute

Sport

Les Eperviers du Togo chutent lourdement au dernier classement FIFA publié jeudi. Cinq points de moins.

Le pape du riz hybride va accueillir de nouveaux stagiaires

Coopération

L’université agronomique de Changsha (Chine) va proposer un nouveau cycle de formation aux agriculteurs togolais.