Le Togo suivra-t-il les traces du Burkina ?

02/10/2008
Le Togo suivra-t-il les traces du Burkina ?

Le Burkina Faso a lancé mercredi une vaste opération d'identification des cartes à puce anonymes des téléphones portables afin de "protéger la population et les intérêts de l'Etat", a-t-on appris de source officielle à Ouagadougou. La campagne, qui doit s'achever le 31 octobre, concerne 30 à 40% des utilisateurs de téléphone. Ces derniers, tous anonymes, recevront un message écrit (SMS) sur leur portable ou un appel leur demandant de se présenter avant la fin du mois à un guichet de leur opérateur.

"C'est dans le souci de protéger la population burkinabè et les intérêts de l'Etat que cette opération a été initiée", a indiqué le directeur général de l'Autorité nationale de régulation des télécommunications (Artel), Eléazar Lankoandé."Il n'est plus question que quelqu'un se cache derrière un numéro pour mener des activités avec des intentions malveillantes", a insisté M. Lankoandé.

Au Burkina, l'achat des puces du téléphone mobile se fait à la sauvette depuis la privatisation de l'Office national des télécommunications (Onatel).

Le Togo étudie depuis quelques mois une mesure du même genre qui pourrait s'appliquer aux deux opérateurs GSM, Togocel et Moov.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.