Le « carburant de rue » fait le plein

28/06/2010
Le « carburant de rue » fait le plein

Pour le caméraman Anani Kpondjo (photo), c’est le temps de la débrouille. Avec l’augmentation du prix des carburants, il a décidé de ne plus aller à la pompe, mais d’acheter son mélange deux temps auprès des revendeurs dans la rue. Le litre est à 550 Fcfa contre 650, prix officiel.
Kpondjo n’est pas le seul à bouder les stations-service, de nombreux particuliers et les taxis-motos ont opté pour une essence moins chère, même si la qualité reste aléatoire. Et les automobilistes suivent le mouvement.
" Nous n'avons pas d’autre choix que d'aller au bord de rues pour acheter de l'essence. C'est beaucoup moins cher " assure Anani Kpondjo.
"Tous les matins, des queues se forment ici sur la route de Kpalimé ; même les véhicules personnels viennent prendre 40 à 50 litres de carburant ", explique un conducteur de moto Vespa.
Depuis 1997, ce trafic est pourtant rigoureusement interdit.
Ce « carburant de rue » est importé illégalement des pays voisins comme le Bénin ou le Ghana et parfois du Nigéria à un coût relativement bas. Mais son origine est douteuse et présente de sérieux risques pour les moteurs des deux roues et des voitures.
"Nous ne connaissons pas l’origine et la qualité de l’essence, mais cela ne nous intéresse pas ; l'essentiel est qu’elle est moins chère, qu’elle fait tourner nos moteurs pour nous permette de vaquer à nos occupations", explique Anani Kpondjo.
Pour les commerçants en « carburant de rue », le business est devenu florissant depuis une semaine. « 150 litres vendus chaque jour alors qu’il y a dix jours, c’était à peine 30 litres », confie Afiwa dont le mari se rend désormais trois fois par semaine au Ghana pour s’approvisionner en toute illégalité.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

PPAAO : nouvel appui de la Banque mondiale

Coopération

La Banque mondiale a accordé un financement additionnel pour l'amélioration de la productivité agricole au Togo.

L'heure est à la clarification

Social

Les employeurs rechignent à offrir à leur personnel une protection sociale digne de ce nom. Pourtant les textes sont précis.

Fraude avérée selon la FTF

Sport

En mai dernier, un match de D1 opposant Gbikinti de Bassar et Maranatha s’était soldé sur un score de 11 à 0 !

Agriculture : le FIDA en première ligne

Coopération

Le FIDA pourrait jouer un rôle central dans la relance du secteur agricole, estime le secrétaire d’Etat adjoint américain au Trésor.