Les Zongo méritent mieux

06/05/2012
Les Zongo méritent mieux

Originaires du Nigeria et du Niger, les premiers Haoussas à s’installent au Togo dès la fin du XIXe siècle pour y mener des activités commerciales. Ces populations de confession musulmane se regroupent dans des villages, puis à Lomé jusqu’à former des quartiers homogènes appelés « Zongo » (littéralement gîte d’étape).

A l’origine, le Zongo est tout à la fois un lieu de retrouvailles ethniques des gens du nord migrant vers la Côte, le quartier d'accueil des étrangers sans attache familiale à Lomé, et un îlot musulman au milieu d'une ville dominée par les religions chrétiennes et animistes.

Sur une population de 6 millions d’habitants, les Haoussas du Togo seraient aujourd’hui entre 15 et 17.000 villes répartis à Lomé, mais aussi à Atakpamé, Sokodé, Kara ou Dapaong.

Ils vivent encore, pour la plupart dans les « Zongo », mais le profil des habitants a évolué au fil du temps avec l’arrivée de nouvelles ethnies togolaises islamisées que sont les Kotokoli, les Tchamba, les Bassar, les Tchokossi et les Moba ainsi que d’autres étrangers musulmans.

Les quartiers Zongo sont pointés du doigt en raison du manque d’infrastructures, de l’absence d’hygiène et de structures de santé ; il est aussi reproché aux parents de ne pas envoyer leurs enfants à l’école.

L’association « Zaman-Lahiya-Togo » (comprendre la paix au Togo), veut casser cette image et doter ces quartiers  d’équipements modernes.

« Nous souhaitons œuvre à l’épanouissement de tous les habitants de ces quartiers. Beaucoup de jeunes ne disposent pas de certificats de naissance et une bonne partie ne va pas à l’école. Nous voulons aussi mobiliser les habitants et les autorités sur la nécessité de mener une politique d’assainissement et de santé qui fait défaut dans ces quartiers », explique Midjiyawa Mama Misbahou (photo) à la tête de l’association.

Reste à trouver les financements. Si le soutien du gouvernement est indispensable, les animateurs compte également sur celui des ONG.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Caractère imprescriptible des actes de torture

Justice

La torture vise à briser la personnalité de la victime et constitue une négation de la dignité inhérente à l'être humain. 

Le foot togolais achève sa convalescence

Sport

Le congrès de la Fédération togolaise de football (FTF) s’est déroulé samedi à Kara (nord du Togo).

Coup de pouce aux cantines scolaires

Développement

Orabank-Togo a remis un chèque de près de 15 millions de Fcfa pour appuyer le programme de cantines scolaires. 

La mode africaine en vedette à Denver

Culture

The African Fashion Show aura lieu ce dimanche à Denver (Colorado). Six designers africains sont attendus parmi lesquels un Togolais.