Libération renvoyé en correctionnelle pour diffamation envers le Doyen Debbasch

11/09/2008
Libération renvoyé en correctionnelle pour diffamation envers le Doyen Debbasch

Le directeur de la rédaction du quotidien français Libération, Laurent Joffrin et un journaliste de la rédaction, Vincent Noce, viennent d'être renvoyés devant le tribunal correctionnel pour diffamation publique envers Charles Debbasch. M. Debbasch est ministre-conseiller à la présidence du Togo.

Dans un article publié le 25 juillet 2007, avec comme titre « Debbasch, le pilleur de la Fondation Vasarely relâché » Liberation écrivait : « en 1981, Vasarely confia à Debbasch la présidence de sa fondation que ce dernier se mettra à piller, jusqu'en 1993 ». Et Libérationd'ajouter : « l'intéressé avait pris la fuite dans sa luxueuse villa de Lomé ». Deux propos diffamatoires et scandaleusement inexacts qui ont amené Charles Debbasch à porter plainte avec constitution de partie civile.Le procureur prés le tribunal de grande instance de Nanterre a estimé que les charges étaient suffisantes pour renvoyer devant le tribunal correctionnel Laurent Joffrin et l'auteur de l'article, Vincent Noce.

Le parquet estime que les accusations formulées par le quotidien portent atteinte à l'honneur ou à la considération de Charles Debbasch. Le juge d'instruction a suivi les réquisitions du Parquet et a renvoyé Noce et Joffrin devant le tribunal correctionnel.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les conditions de la relance

Tourisme

Le gouvernement s’est résolument engagé dans le développement et la promotion du secteur touristique.

Energie solaire photovoltaïque pour 62 localités

Environnement

Un prêt de 6 milliards de la BOAD va permettre au Togo de distribuer l'énergie solaire dans une soixantaine de localités.

L'Europe un peu plus abordable

Tourisme

459.000 Fcfa, c’est le prix d’un billet entre Lomé et Paris (ou l’Europe) en ce moment sur Air France.

Une voiture solaire assemblée au Togo

Environnement

Les industriels n’ont pas attendu la signature par le Togo de l’Accord de Paris pour se lancer dans le secteur des véhicules propres.