Libération renvoyé en correctionnelle pour diffamation envers le Doyen Debbasch

11/09/2008
Libération renvoyé en correctionnelle pour diffamation envers le Doyen Debbasch

Le directeur de la rédaction du quotidien français Libération, Laurent Joffrin et un journaliste de la rédaction, Vincent Noce, viennent d'être renvoyés devant le tribunal correctionnel pour diffamation publique envers Charles Debbasch. M. Debbasch est ministre-conseiller à la présidence du Togo.

Dans un article publié le 25 juillet 2007, avec comme titre « Debbasch, le pilleur de la Fondation Vasarely relâché » Liberation écrivait : « en 1981, Vasarely confia à Debbasch la présidence de sa fondation que ce dernier se mettra à piller, jusqu'en 1993 ». Et Libérationd'ajouter : « l'intéressé avait pris la fuite dans sa luxueuse villa de Lomé ». Deux propos diffamatoires et scandaleusement inexacts qui ont amené Charles Debbasch à porter plainte avec constitution de partie civile.Le procureur prés le tribunal de grande instance de Nanterre a estimé que les charges étaient suffisantes pour renvoyer devant le tribunal correctionnel Laurent Joffrin et l'auteur de l'article, Vincent Noce.

Le parquet estime que les accusations formulées par le quotidien portent atteinte à l'honneur ou à la considération de Charles Debbasch. Le juge d'instruction a suivi les réquisitions du Parquet et a renvoyé Noce et Joffrin devant le tribunal correctionnel.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Merci à Faure Gnassingbé

Cédéao

Le nouveau Premier ministre bissau guinéen, Aristides Gomes, va entamer une tournée ouest-africaine qui le mènera à Lomé.

Les droits des personnes est au cœur du développement

Développement

Le gouvernement togolais travaille pour garantir un développement inclusif, équitable et durable.

Sida : appui américain

Santé

Les Etats-Unis aident le Togo et d'autres pays africains à lutter plus efficacement contre le sida. Et fournit des moyens financiers.

N'avalez pas trop vite

Santé

Le marché de la contrefaçon de médicaments ne s’est jamais aussi bien porté.