Lomé (bientôt) propre

15/04/2009
Lomé (bientôt) propre

Dans les années 90, Lomé était certainement la capitale la plus propre d'Afrique avec ses avenues fleuries, ses trottoirs peints à la chaud et un système de ramassage des ordures digne d'une métropole européenne. Les choses ont bien changé depuis. La ville est sale et les immondices jonchent les rues. Les autorités municipales ont pris conscience de l'ampleur du problème et un vaste plan de modernisation est en cours.

Il faudra du temps avant que la ville retrouve son lustre d'antan. L'une des premières priorités est de réorganiser la collecte des ordures ménagères. « Le système actuel a montré ses limites ; nous voulons recruter de nouveaux opérateurs », explique à republicoftogo.com Aoussi Lodé, le président de la Délégation spéciale de Lomé Republicoftogo.com : Quels sont vos plans pour réorganiser le service de ramassage des ordures ?

Aoussi Lodé :

En1997, la société qui était chargée de la collecte a cessé ses activités. Des associations et des ONG ont pris le relais sans donner vraiment satisfaction. Elles collectaient des taxes auprès des habitants sans les reverser à la municipalité.

Nous avons donc entrepris de réorganiser ce système bancal ; certaines associations sont devenues des unités économiques.

Sur les 69 quartiers que comprend la ville de Lomé, il y avait environ 100 associations qui assuraient la collecte. Désormais, il y a 35 unités économiques qui peuvent soumissionner à nos appels d'offres pour la collecte des ordures.

Notre objectif est double. D'abord parvenir à la mise en place d'un système de collecte vraiment efficace ; ensuite que ces unités puissent contribuer à hauteur de 25% aux charges de la mairie pour le convoyage des ordures depuis les décharges intermédiaires jusqu'à la décharge centrale.

Republicoftogo.com : Les ménages devront payer 2.500 Fcfa pour l'enlèvement des ordures. Ce n'est pas un peu cher ?

Aoussi Lodé :

2.500 F, c'est le prix plafond. Nous laissons la latitude aux groupements de collectes pour fixer le montant qui correspond à la réalité économique, mais il ne pourra pas dépasser ce seuil. Notre souci est d'aider les habitants à avoir une ville propre, certainement pas à les pénaliser.

Republicoftogo.com : Certains habitants ne voient pas l'intérêt d'un tel service. Ils jettent tout simplement leurs ordures dans la rue ou dans les caniveaux.  Comment faire évoluer cette situation et les mentalités ?

Aoussi Lodé :

C'est un vrai problème. La Mairie mène une campagne d'information pour faire comprendre aux habitants la nécessité de s'abonner à un à service de collecte. Nous aurons bientôt une brigade verte qui va sillonner Lomé pour veiller à ce que tous les ménages s'abonnent à ce service.

Ce sera difficile au début, mais je suis persuadé qu'à terme, on atteindra les objectifs fixés et que la capitale du Togo retrouvera un minimum de propreté.

Republicoftogo.com : la ville de Lomé a reçu récemment une aide de l'Agence française de développement (AFD). A quoi va-t-elle servir ?

Aoussi Lodé :

Cela va nous permettre de construire des dépotoirs intermédiaires et d'installer des bacs à ordures qui seront vidés chaque jour et acheminés vers la décharge centrale.

Le soutien accordé par l'AFD prévoit aussi la modernisation de la décharge centrale de Lomé dont les équipements sont obsolètes.

Nous avons vraiment besoin du soutien des partenaires étrangers pour qu'ils nous appuient à réorganiser la filière ; qu'il s'agisse de la collecte ou du traitement des ordures ménagères. Lomé a besoin également de se doter d'une nouvelle décharge.

Republicoftogo.com : La Mairie doit aussi nettoyer les rues souvent jonchées de déchets et de sable.

Aoussi Lodé :

Naturellement. Nous avons recours actuellement au nettoyage manuel exécuté par des femmes. Nous testons des balayeuses automatiques, mais la présence de sable produit beaucoup de poussière ; il faudrait peut-être arroser avant de nettoyer. Tout cela est à l'étude.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.