Meilleure surveillance maritime

08/10/2011
Meilleure surveillance maritime

Avec la multiplication des actes de piraterie maritime dans le Golfe de Guinée, les recommandations du GITG sont les bienvenues.

Lors d’une d’une rencontre d’une semaine à Lomé, les experts du Groupe Intersessionnel de Travail et de Gestion (GITG) du Mémorandum d’entente d’Abuja (MOU d’Abuja) sur le contrôle des navires a décidé de rendre plus rigoureux le contrôle et l’inspection des navires.

Les représentants du Ghana, du Nigéria, du Congo et du Togo sont parvenus à harmoniser le système de contrôle dans le cadre de l’inspection des navires dans les différents Etats signataire du MOU.

« Plus rien ne sera plus comme avant, des mesures rigoureuses vont être engagées pour sécuriser les eaux territoriales afin de prévenir les menaces », a indiqué Mfon Ekong Usoro, secrétaire générale de MOU d’Abuja.

Le directeur des Affaires Maritimes du Togo, Alfa Lebgaza, a invité tous les acteurs du secteur du transport à davantage de vigilance 

Le Mémorandum d'Entente d'Abuja sur le contrôle des navires par l'Etat du port dans la région de l'Afrique de l'Ouest et du Centre (MOU d'Abuja) a été signé en octobre 1999 par 16 Etats côtiers de l’Afrique de l’Ouest et du Centre.  

Ce mémorandum complète l’initiative globale prise par l’Organisation maritime internationale .

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.