Mobilisation contre l’érosion côtière

13/12/2011
Mobilisation contre l’érosion côtière

Des experts environnementaux venus de 16 pays côtiers de la Région du Grand Ecosystème Marin du Courant de Guinée (GEMCG) sont à Lomé, pour adopter une position commune sur la lutte contre l’érosion côtière. Un problème qui concerne au premier chef le Togo.

Les études sont alarmantes. Le littoral est rongé par l’océan et perd 4 à 5 mètres par an. Le phénomène ne frappe pas uniquement le Togo, mais également le Nigéria, le Bénin, le Ghana, la Côte d’Ivoire, et le Libéria.

40% des 300 millions d’habitants de la région du Grand Ecosystème marin du courant de Guinée vivent le long de la marge côtière où se trouvent d’importantes agglomérations, indiquent les études.  

Mais alors comment faire pour que les terres ne soient pas submergées. Les pays ont recours à diverses techniques plus ou moins efficaces comme le rétablissement  des barrières naturelles, les épis, les jetées, les brise-lames et les murs de protection.

Toutes ces approches et leurs résultats sont examinés à Lomé et les participants tenteront d’adopter un document régional qui permette aux 16 pays concernés de disposer d’informations scientifiques très précises pour identifier et faire face aux causes fondamentales de l’érosion.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

En 2030, on y verra beaucoup plus clair

Développement

Le Togo a annoncé en juin dernier vouloir se doter d’une stratégie d’électrification ambitieuse.

Le paiement mobile représente un axe de croissance

Tech & Web

La banque mobile et les applications de paiement ont fait une timide apparition au Togo ces dernières années. Mais tout devrait s'accélérer. 

La directrice des Peace Corps reçoit Frédéric Hegbe

Coopération

L’ambassadeur du Togo aux Etats-Unis, Frédéric Edem Hegbe, s’est entretenu mercredi avec la directrice nationale des Peace Corps, Joséphine K. Olsen.

Le gouvernement poursuit son programme de forages

Développement

12% de la population n’a toujours pas accès à l’eau potable. Un chiffre divisé par deux en dix ans.