On y voit plus clair

25/11/2010
On y voit plus clair

Plus d’une vingtaine de villages* situés dans les préfectures de Wawa, Danyi et de l’Avé disposent désormais d’un accès à l’électricité grâce au projet d’électrification transfrontalière Togo-Ghana.
Il aura fallu un an de travaux pour installer 63km de lignes moyenne tension de part et d’autre de la frontière et près de 24km de lignes basse tension au Togo.
Ce projet a été financé à hauteur de 2,1 milliards de Fcfa par l’Union Européenne (48%), la Communauté Electrique du Bénin (CEB), l’Electricity Corporation of Ghana (ECG) et la Compagnie d’Energie Electrique du Togo (CEET).
« Ce qui a été réalisé ici n’est qu’un pas. Nous allons poursuivre dans cette voie », a souligné le président Faure Gnassingbé en visitant le site il y a quelques jours. 16 autres localités devraient en effet être raccordées prochainement.
Le ministre des Mines et de l’Energie, Noupokou Dammipi, explique que l’électrification de la zone à deux objectifs ; d’abord permettre d’améliorer la sécurité frontalière ; ensuite lutter contre la pauvreté et l’exode rural et promouvoir les activités socio-économiques.
* les villages bénéficiaires sont : Kpéta-Béna, Mimpassem, Maflo, Akloa, Tomégbé, Anonoé, Badou, Webe dans le Wawa ; Sassanou, Bogo, Dzogbégan, Apéyémé, Elavagnon, Dafo, Wétropé dans le Danyi puis, Batoumé, Youkoutikpota et Ablamé, dans l’Avé

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.