Premier centre d’urgence pour les sinistrés

15/05/2010
Premier centre d’urgence pour les sinistrés

Echaudé par les graves inondations de 2008, le Togo a décidé d’agir en construisant un centre d’accueil pour sinistrés des catastrophes naturelles.
Situé à Agoé, un quartier périphérique de la capitale, le complexe comprend 14 pavillons de 10 chambres, 4 blocs sanitaires, 4 hangars destinés aux cusines et une infirmerie.
« De 2007 à 2009, notre pays a été confronté à de sérieuses inondations au nord comme au sud. Chaque fois qu’il y a des inondations à Lomé et dans sa banlieue, il faut réquisitionner des écoles, ce qui perturbe le bon fonctionnement des rentrées scolaires. Après les inondations de 2009, le gouvernement a demandé à la Banque mondiale un financement pour la construction d’un certain nombre de pavillons », a expliqué Ayéva Essofa, le chef d’Etat major des Forces armées togolaises (FAT).
L’exécution des travaux a été confiée au génie militaire et placé sous le contrôle de la société Agetur Togo.
« La vision du chef de l’Etat est de faire des Forces armées un outil de développement. C’est la raison pour laquelle nous sommes responsables des travaux », a précisé M. Ayéva.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Subventions US aux ONG togolaises

Santé

Le Fonds des ambassadeurs pour l’Afrique de l’Ouest (WAAF) est un dispositif initié par les Etats-Unis, via USAid, destiné à améliorer la santé de la population.

Le vivre ensemble passe par les cultures

Diaspora

lLa Semaine de l’intégration africaine se poursuit à Lomé. Mercredi, les participants ont pu assister à animations culturelles.

Erreurs de jeunesse

Social

Kondé Sangbana, le président du Conseil national du dialogue social (CNDS), a rappelé mercredi le rôle primordial de l’institution qu’il dirige pour régler les conflits.

Fonctionnement de la justice perturbé

Justice

Le fonctionnement de la justice est perturbé depuis le début de la semaine par une grève des greffiers qui réclament une amélioration de leur condition de vie et de travail.