Renouveau

23/06/2013
Renouveau

Le quartier de Bé, à Lomé, est depuis des années le fief de l’opposition radicale. Des troubles y surviennent régulièrement lors de la moindre agitation politique. Rien de grave, certes, mais de quoi porter un coup sérieux à la réputation de cette zone et à ses habitants dont le seul souhait est de vivre paisiblement.

Des résidents ont décidé de se mobiliser en créant l’Association des Jeunes de Bè pour la Paix (AJBP).

Les responsables de l’AJBP veulent de lutter contre la destruction des biens publics et changer l’image du quartier. Selon le secrétaire général, 

« les périodes électorales ont toujours été des moments de vive tension de avec son cortège d’actes de vandalisme ». Et ceux qui en sont les victimes sont les habitants dont la plupart n’adhèrent pas aux comportements des militants de l’opposition.

L’association va organiser des réunions d’information à Bè, Ablogamé, Kpota et Adakpamé afin de sensibiliser la population et convaincre les agitateurs que la solution ne passe pas par la violence.

Bé et ses environs concentrent des jeunes qui ne comprennent pas grand-chose en la politique. Ils sont la plupart du temps manipulés par les  opposants et épaulés par des casseurs professionnels.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les nouvelles tendances du tourisme mondial

Tourisme

Comme chaque année, le Togo sera présent au Salon IFTM Top Resa qui se déroule du 25 au 28 septembre à Paris.

Il est important de savoir d’où l’on vient

Diaspora

Diplômé de l’Ecole de diplomatie et de relations internationales de l’université Seton Hall,  Erick Agbleke vient de passer son été comme stagiaire à l’ambassade américaine à Lomé.

Aného : une nouvelle vie pour la ville tricentenaire ?

Culture

Dans une thèse de doctorat présentée récemment, un étudiant togolais propose d'injecter 700 millions dans la réhabilitation culturelle d'Aného.

Le Togo s'est débarrassé des CFC

Environnement

Le Togo est parvenu à se débarrasser presque totalement des CFC (chlorofluorocarbone), a annoncé André Johnson, le ministre de l’Environnement.