Riz : fin de la polémique

10/09/2011
Riz : fin de la polémique

Le riz importé au Togo récemment par la société Elysée Cotrane est d’une qualité irréprochable et ne présente aucun risque pour la consommation. C’est, en substance, les conclusions d’une contre-expertise demandée par la CNDH.

"Le Professeur Aristide De Souza, directeur de l'Ecole supérieure des techniques biologiques et alimentaires (ESTEBA) et le professeur Comlan Agbobli, directeur de l'Institut togolais de recherche agronomique (ITRA) ont tous affirmé que le riz incriminé est plutôt de qualité satisfaisante. Le résultat obtenu montre qu'aucun des huit échantillons ne présente de trace d'aluminium supérieur à la norme. (…) le riz ne présente aucun danger pour la consommation", indique le rapport de l'ITRA. 

"Sur l'ensemble des échantillons prélevés, nos analyses ont révélé que le riz ne contient ni de moisissure, ni de levure, ni de germes pathogènes, bref aucun élément qui indique un manquement quelconque aux règles d'hygiène", a commenté le professeur De Souza. 

Le président de la CNDH, Kofi Kounté a remercié les deux laboratoires dont les travaux ont permis de mettre un terme à la polémique.

Il y a plusieurs semaines, le journal privé Indépendant Express avait assuré que ce riz était nocif pour la santé ; une fausse information. Le directeur du périodique a d’ailleurs été assigné par l’importateur pour diffamation. Il passera en jugement le 28 septembre.

Informations complémentaires

Résultats de l\'expertise.pdf 2,07 MB

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.