Sombre bilan

08/09/2008
Sombre bilan

Les inondations, "récurrentes chaque année en Afrique de l'Ouest", ont affecté ces dernières semaines 130.000 personnes et fait au moins 39 morts dans 13 pays de la sous-région, a annoncé lundi le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) à Dakar. "La situation est cependant moins grave que l'an dernier, quand quasiment un million de personnes avaient été affectées et 200 personnes étaient décédées", a déclaré le chef du Bureau de l'OCHA, Hervé Ludovic De Lys.

"Pour nous, c'est l'effet d'une meilleure préparation des Etats, puisque la pluviométrie est à peu près la même voire plus importante cette année", a-t-il estimé.Au nombre des pays sévèrement touchés, on compte le Ghana (61.000 personnes seraient affectées, 3 morts), le Togo (24.500 affectées, 4.000 déplacées dans six camps, 4 morts) et le Niger (33.000 affectées, 7 morts), d'après une carte récapitulative distribuée par l'OCHA au cours d'une conférence de presse.

Mali, Burkina Faso, Mauritanie, Côte d'Ivoire, Sénégal, Gambie, Liberia, Bénin, Sierra Leone et Guinée sont les dix autres pays touchés.

M. de Lys a "lancé l'idée" qu'un "fonds régional spécial soit créé pour la prévention des catastrophes". "C'est une idée embryonnaire, on ne sait pas encore comment ce fonds serait alimenté, mais il faut resserrer le dispositif de réponses et nous constatons que les ressources des Etats, déjà confrontés à une multitude de problèmes, sont insuffisantes", a-t-il dit.

Le représentant de l'OCHA a cité le cas du "Togo, qui a neuf ponts détruits, et qui devrait pouvoir bénéficier de financement d'urgence pour leur reconstruction".

M. de Lys a par ailleurs fait "un plaidoyer pour la reconstruction prioritaire des pistes rurales et ensuite des greniers traditionnels pour le stockage des céréales".

Selon lui, "la saison agro-pastorale dans la sous-région devrait être bonne, s'il n'y a pas d'invasion d'insectes ravageurs de cultures. Ce qui est donc prioritaire, c'est que les agriculteurs puissent évacuer leurs productions, or il faut des pistes rurales pour cela".

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Vers un PGICT 2 ?

Environnement

Lancé en 2013, le PGICT, le projet de gestion intégrée des catastrophes et des terres, pourrait avoir une suite.

Bon appétit !

Santé

La consommation des tilapias élevés au Togo est sans danger. Mise au point rendue nécessaire après la publication d'articles mensongers.

Au Togo, les Européens développent une diplomatie climatique

Coopération

Les ambassadeurs de France, d’Allemagne et de l’Union européenne se sont retrouvés mardi à Lomé pour parler climat et aide en faveur du Togo.

Promouvoir les micro et petites entreprises en milieu rural

Développement

Le FIDA accompagne l'Etat dans le développement d'un programme destiné à aider les jeunes ruraux à créer des micro et petites entreprises.