Stress et pollution avant la libération

10/05/2011
Stress et pollution avant la libération

Lomé est en chantier et le trafic automobile s’en ressent. Embouteillages monstres, poussière, pollution, la vie des conducteurs est mise à rude épreuve, mais au final, d’ici un an, un réseau routier urbain qui sera en grande partie rénové.
Le trafic est tel qu’il faut parfois 40 mn pour se rendre du centre ville à la zone d’affaires de Lomé II. Jadis, un trajet qui ne prenait pas plus de 15 mn. Mais depuis 10 ans, le parc automobile a doublé, sans parler de celui des motos.
Le gouvernement a obtenu des financements pour réhabiliter les grands axes de la capitale. Le Boulevard du Mono, qui longe la mer, est achevé depuis quelques mois de la frontière du Ghana au rond-point du port ; les travaux d’extension se poursuivent.
Autre axe vital en chantier, le Boulevard circulaire. Les ouvriers s’activent pour livrer l’ouvrage dans un an.
Prévu également une route de contournement de la ville pour éloigner les semi remorques du centre ville ; ils contribuent à l’engorgement et défoncent les chaussées.
Bien sûr, les Loméens se plaignent, épuisés de subir un calvaire quotidien. Mais comment faire autrement ?
Dans le reste du Togo, d’autres réalisations sont en cours, notamment sur l’axe vital vers le Bénin et le Burkina Faso.
En photo : les travaux sur le Boulevard circulaire

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Vision sociale

Développement

Le succès de la politique gouvernementale passe par les programmes sociaux. Le PUDC en est un.

Faire face avec détermination aux défis sécuritaires

Cédéao

Mohamed Ibn Chambas, le représentant spécial des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest , a été reçu jeudi par Faure Gnassingbé.

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné.