Trafic de coke : l'Afrique veut intensifier la lutte

20/11/2017
Trafic de coke : l'Afrique veut intensifier la lutte

Ce trafic est une menace croissante pour les pays africains

Pour répondre à la menace croissante que soulève le nouvel itinéraire du trafic de la cocaïne entre l'Amérique du Sud et l'Europe via l'Afrique de l'Ouest, l'Organisation mondiale des douanes réalise depuis en 2008 des première opérations baptisées Cocair. Cette opération se renouvelle très régulièrement afin de ne laisser aucun répit aux trafiquants.

La dernière remonte à décembre 2015. Elle avait été menée en étroite collaboration avec l’ONUDC, Interpol et la Commission européenne qui en a assuré le financement dans le cadre du programme ‘route de la cocaïne. 

Cocair V s’est déroulée avec la participation d'une trentaine de pays d’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes. Le Togo y a bien sûr participé.

Cocair V a été une grande réussite au regard du nombre de saisies réalisées :  411 Kg de cocaïne, 50 Kg de produits psychotropes et 50 Kg de Khat notamment), 

Cette opération conjointe de lutte contre le trafic de cocaïne en provenance notamment de l’Amérique latine et des Caraïbes, en transit par le continent africain et à destination de l’Europe, était basée sur des contrôles douaniers et policiers renforcés aussi bien au départ, en transit qu'à l’arrivée des voyageurs dans chacun des aéroports internationaux situés sur les routes empruntées par les trafiquants. Elle est appelée à se renouveler.

Depuis, le trafic n’a pas cessé et les pays africains continuent d’être des points de transit pour les trafiquants avant une réexpédition vers l’Europe et les Etats-Unis.

C’est la raison pour laquelle les experts des douanes, de la lutte anti-drogue et des autorités aéroportuaires de 8 pays africains (Cap vert, Sénégal, Mali, Togo, Bénin, Ghana, Nigéria et Cameroun) sont réunis depuis ce matin à Lomé avec les équipes de l'OMD et d'Interpol.

L’objectif est de développer de nouveaux moyens permettant de lutter plus efficacement, notamment par la mutualisation des moyens et du renseignement.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Esprit de compromis

Cédéao

La Cédéao a invité les responsables politiques togolais à s'engager très rapidement dans un processus de dialogue.

Solution en vue à Bissau ?

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, a rencontré vendredi à Abuja son homologue de Guinée Bissau.

Innover pour une santé de meilleure qualité

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi au CHR d’Atakpamé (région des Plateaux) qui expérimente depuis plusieurs mois un processus de gestion externe.  

Les priorités de la BM pour 2018

Développement

Joëlle Dehasse, la représentante de la Banque mondiale à Lomé, a indiqué les priorités de son institution pour l’année prochaine.